De 550 av. JC à 530 av. JC, psaume 20 : Chute de Babylone.

Résumé:

Cette génération est celle des années 550 avant JC à 530 avant JC.

Suivant notre comptage, cette génération est la génération 20 associée au psaume 20. C’est dans ce psaume 20 que nous retrouvons donc une illustration des faits de cette génération.

Dans la succession de Nabuchodonosor, Nabonide lui succède mais ne peut résister à Cyrus, le roi Perse qui prend le contrôle de Babylone en 539 avant JC. Suite à son accession au pouvoir, Cyrus un an plus tard permet au peuple d’Israël exilé à Babylone de reconstruire le Temple de Jérusalem. Il restitue aux Juifs exilés les ustensiles du Temple de l’Eternel, que Nabuchodonosor avait emportés de Jérusalem et déposés dans le Temple de son Dieu.

La reconstruction du Temple autorisée et encouragée par Cyrus fait de Sion et de son sanctuaire le ciment du peuple d’Israël qui peut reprendre espoir dans son avenir d’autant plus que ces événements viennent conforter les prédictions de Jérémie et d’Ezéchiel qui avait à la fois prédit les événements dramatiques liés à la destruction de Jérusalem mais également sa reconstruction.

Développement:

Cyrus

Dans la succession de Nabuchodonosor, Nabonide lui succéde mais ne peut résister à Cyrus, le roi Perse qui prend le contrôle de Babylone en 539 avant JC :

  • En 539 avant JC, Cyrus[1] attaque Babylone, où est revenu Nabonide (qui s’était installé auparavant dans l’oasis de Teima, dans le nord-ouest de la péninsule arabique, pour honorer semble-t-il le dieu lune des Arabes) qui n’offre qu’une faible résistance. D’autant qu’une partie de l’armée babylonienne passe du côté perse ! Au mois de tashrîtu (septembre octobre), quand Cyrus livra bataille à l’armée d’Akkad à Upê (Opis), au bord du Tigre, les Akkadiens (les Babyloniens) battirent en retraite. Il pille et massacra des gens. Le quatorzième jour, Sippar fut prise sans combat, Nabonide s’enfuit […]. Le seizième jour, Ugbaru, gouverneur de Gutium, et l’armée de Cyrus entrèrent dans Babylone sans combat. Ensuite Nabonide revint et fut capturé […]. Le treizième jour du mois d’Arashamnu (octobre novembre), Cyrus entra dans Babylone. Les rues furent remplies devant lui. La paix régna dans la cité tandis que Cyrus saluait tout Babylone.

Reconstruire le Temple

Cyrus_II_le_Grand_et_les_Hébreux

Suite à son accession au pouvoir, Cyrus un an plus tard permet au peuple d’Israël exilé à Babylone de reconstruire le Temple de Jérusalem:

  • Dans[2] la première année de Cyrus, roi de Perse, à l’époque où devait s’accomplir la parole de l’Eternel annoncée par Jérémie, l’Eternel éveilla le bon vouloir de Cyrus, roi de Perse ; et celui-ci fit proclamer dans tout son empire, par la voix des hérauts et aussi par de missives écrites, ce qui suit : « Ainsi parle Cyrus, roi de Perse : L’Eternel, Dieu du ciel, m’a mis entre les mains tous les royaumes de la terre, et c’est lui qui m’a donné la mission de lui bâtir un Temple à Jérusalem, qui est en Judée. S’il est parmi vous quelqu’un qui appartienne à son peuple, que son Dieu soit avec lui, pour qu’il monte à Jérusalem, qui est en Judée, et bâtisse le Temple de l’Eternel, Dieu d’Israël, de ce Dieu qui réside à Jérusalem ! Tous ceux qui restent de ce peuple, quelle que soit leur résidence, leurs compatriotes devront les gratifier d’argent, d’or, d’objets de valeur et de bêtes de somme, en même temps que d’offrandes volontaires destinées au Temple de Dieu à Jérusalem ». Alors s’apprêtèrent les chefs de famille de Juda et de Benjamin, les prêtres et le Lévites, tous ceux en qui Dieu avait éveillé le désir d’aller bâtir le Temple de l’Eternel à Jérusalem. Et tous les voisins les munirent de vases en argent, d’or, d’objets de valeur, de bêtes de somme et de joyaux précieux, sans compter tous les autres dons volontaires.
  • Le roi Cyrus fit produire les ustensiles du Temple de Jérusalem du Temple de l’Eternel, que Nabuchodonosor avait emportés de Jérusalem et déposés dans le Temple de son Dieu.

Le début de cette citation est également repris dans « II CHRONIQUES »[3] et clôt ce livre qui est le dernier de la Bible hébraïque. Cyrus fait ainsi la jointure entre le royaume de Juda avant l’exil de Babylone et après. La jointure entre un peuple d’Israël tenté par l’idolâtrie et un peuple d’Israël régénéré et fidèle à son Dieu.

Le début de la reconstruction du Temple (il faudra plusieurs générations pour rétablir réellement le Temple de Jérusalem) illustre bien le début du psaume de cette génération :

  1. Au chef des chantres, Psaume de David.
  2. Que l’Éternel t’exauce au jour de détresse, que le nom du Dieu de Jacob te protège !
  3. Qu’Il t’envoie son secours du Sanctuaire, que de Sion Il soit ton appui !
  4. Qu’il se souvienne de toutes les offrandes, et fasse bon accueil à tes holocaustes !
  5. Puisse-t-il t’accorder ce que ton cœur désire et accomplir tous les desseins !

Les plans du Temple

Auparavant, l’Eternel avait redonné tous les plans du Temple à Ezéchiel dans une vision[4] afin que celui-ci soit reconstruit suivant les plans divins.

Les actions de Cyrus en faveur du peuple d’Israël correspondent à une volonté divine comme le rappelle Isaïe:

  • Ainsi[5] parle l’Eternel, à son oint, à Cyrus – Je l’ai pris par la main pour mettre les nations à ses pieds et délier les ceintures des rois, pour ouvrir devant lui les battants et empêcher que les portes lui soient fermées – : « Je marcherai devant toi, J’aplanirai les hauteurs, Je briserai les portes d’airain et abattrai les verrous de fer. Je te donnerai des trésors enfouis dans les ténèbres, des richesses cachées dans des lieux secrets, pour que tu saches que Je suis l’Eternel, le Dieu d’Israël, qui t’appelle par ton nom. C’est en faveur de mon serviteur Jacob, d’Israël mon élu, que Je t’ai appelé par ton nom, que Je t’ai décerné un titre, bien que tu ne me connusses pas. C’est moi qui suis l’Eternel et nul autre ; hors de Moi, point de Dieu ! Je te ceins de force, bien que tu ne me connaisses pas, afin qu’on sache, là où se lève le soleil et là où il se couche, que hors de Moi il n’y a rien, que Moi Je suis l’Eternel et nul autre ».

Les dieux de Babylone

Isaïe poursuit en démontrant l’inefficacité des dieux de Babylone face à l’Eternel le Dieu d’Israël :

  • Bêl[6] a fléchi, Nébo s’est affaissé ; leurs statues ont été posées sur des animaux, des bêtes de somme. Vous les portiez Jadis, maintenant elles sont chargées, pesant fardeau, sur des montures qu’elles accablent. Ensemble ils ont fléchi et se sont abattus ; ils n’ont pu sauver la charge et sont allés, de leur personne, en captivité.
  • Écoutez-Moi, maison de Jacob, et vous tous, débris de la maison d’Israël, qui êtes soutenus par Moi depuis le berceau et portés depuis votre naissance. Jusqu’à votre vieillesse, Je resterai le même pour vous ; jusqu’à votre âge extrême, Je vous porterai. Comme Je l’ai fait, Je continuerai à vous porter, à vous soutenir, à vous sauver.

De la détresse de l’exil, le décret de Cyrus fait renaître l’espoir au sein du peuple d’Israël. La reconstruction du Temple autorisée et encouragée par Cyrus fait de Sion et de son sanctuaire le ciment du peuple d’Israël qui peut reprendre espoir dans son avenir d’autant plus que ces événements viennent conforter les prédictions de Jérémie et d’Ezéchiel qui avait à la fois prédit les événements dramatiques liés à la destruction de Jérusalem mais également sa reconstruction.

La puissance divine

Dans cette perspective la chute annoncée de Babel (Babylone) vient conforter les annonces des prophètes et ainsi renforcer la foi en l’Eternel :

  • Babel[7] était entre les mains du Seigneur une coupe d’or, destinée à donner l’ivresse à toute la terre ; les nations buvaient de son vin et pour cela entraient en délire. Soudain Babel est tombée, et elle s’est brisée. Pleurez sur elle, chercher du baume pour ses maux, peut-être guérira-t-elle. Nous avons voulu guérir Babel, mais elle est inguérissable. Abandonnez-la ! Que chacun de nous retourne en son pays, puisque son châtiment atteint jusqu’au ciel et jusqu’à la voûte du firmament ! Le Seigneur a fait éclater notre droit : Allons raconter dans Sion l’œuvre de l’Eternel, notre Dieu. Fourbissez les flèches, emplissez les carquois ! Le Seigneur a stimulé le courage des rois de Médie, car sa pensée est dirigée contre Babel, dont il veut la destruction : ce sont des représailles de l’Eternel, la revanche de son sanctuaire. Arborez une bannière près des remparts de Babel, renforcez les postes d’observation, placez des sentinelles, disposez des embuscades, car l’Eternel, Il a conçu un dessein et il va exécuter ce qu’il a annoncé contre les habitants de Babel.

Ce passage est un parallèle à la suite du psaume 20 :

  1. Nous allons célébrer ta victoire, arborer comme un drapeau le nom de notre Dieu. Que l’Éternel comble tous les vœux !
  2. À cette heure je sais que l’Éternel soutient ton oint, qu’il lui répond des cieux, siège de Sa Sainteté, par l’aide puissante de sa droite.

Ainsi la foi en l’Eternel apporte le salut permanent et sans faille à son peuple alors que la force et les armes n’apportent que de façon illusoire et temporaire le succès à ses ennemis. Ainsi Dieu s’était servi de la puissance militaire de Babylone pour punir son peuple :

  • C’est[8] pourquoi, Oholiba (nom[9] donné à Jérusalem dans Ezéchiel, alors que Samarie porte le nom de Ohola), ainsi parle le Seigneur Dieu : Voici que je vais exciter contre toi tes amants, ceux dont s’était attaché ton cœur, et les amener de toutes parts contre toi : les fils de Babel et tous les Chaldéens, Pekod et Choa et Koa, et tous les fils d’Achour avec eux, ces jeunes hommes séduisants, tous gouverneurs et seigneurs, officiers et dignitaires, tous montant des chevaux. Ils viendront contre toi avec armes, chars et roues, avec une multitude de peuples ; ils t’envelopperont d’un cercle de boucliers, d’écus et de casque.

Mais cette armée terrestre n’est qu’un instrument de la vengeance divine dont la puissance reste sans effet lorsque Dieu retend la main à son peuple :

  • Ainsi[10] parle l’Eternel Cébaot : Opprimés sont les enfants d’Israël, et les enfants de Juda tous ensemble ; tous ceux qui les ont réduits en captivité les retiennent de force, refusent de les relâcher. Mais leur sauveur est puissant, Eternel Cébaot est Son nom, Il prendra en mains leur cause, de façon à rendre la paix et la terre et à faire trembler les habitants de Babel. Guerre aux Chaldéens, dit le Seigneur, aux habitants de Babel, à ses princes et à ses sages ! Guerre aux trafiquants de mensonge ! Ils perdront la tête. Guerre à ses braves ! Ils seront brisés. Guerre à ses coursiers, à ses chars et à tout ce ramassis de gens qu’elle abrite et qui deviendront comme des femmes ! Guerre à ses trésors ! Qu’ils soient pillés !

Ceci permet d’illustrer la fin du psaume de cette génération :

  1. Que les uns se fient aux chars, les autres aux chevaux, nous nous réclamons, nous, du nom de l’Éternel, notre Dieu.
  2. Ceux-là plient et tombent, et nous demeurons debout, pleins de force.
  3. Éternel, viens à notre secours ! Que le Roi nous exauce le jour où nous l’invoquons !

Paul David


[1] D’après « Une histoire des Hébreux » de Richard Lebeau qui cite la Chronique de Nabonide d’après George Roux.

[2] EZRA Chapitre 1, versets 1 à 7.

[3] II CHRONIQUES[3] Chapitre 36, versets 22 et suivants

[4] Voir EZECHIEL Chapitres 40 à 43, les chapitres suivants explicitent le sacerdoce et le partage de la terre aux différentes tribus

[5] ISAIE Chapitre 45, versets 1 à 6

[6] ISAIE Chapitre 46, versets 1 à 4. Bêl et Nébo sont des dieux de Babylone.

[7] JEREMIE Chapitre 51, versets 7 à 12

[8] EZCHIEL Chapitre 23,versets 22 à 24

[9] Voir EZECHIEL Chapitre 23 à partir du verset 1

[10] JEREMIE Chapitre 50, versets 33 à 37