-670 à -651, psaume 14 : Dieu prend de la hauteur.

acces-psaume-fotolia_102515739_subscription_monthly_mhelp-bouton-fotolia_61356253_subscription_monthly_mButton aus zwei Puzzlestücken zeigt E-Mail KontaktButtonsButtons1024px-Burney_Relief_Babylon annote _-1800-1750

Ce psaume aussi court que le précédent est en fait dans la continuité de ce dernier. La quatorzième génération est sous le signe du règne de Manassé comme l’a été le treizième même si cette dernière a débuté sur la fin de règne du roi Ézéchias.

Cette génération est donc illustrée par les faits du roi Manassé :

  • Il[1] (le roi Manassé) rétablit de nouveau les hauts lieux qu’Ézéchias, son père avait détruit, érigea des autels à Baal, institua une Achéra à l’exemple d’Achab, roi d’Israël, se prosterna devant toute la milice céleste et l’adora. Il construisit des autels dans le Temple du Seigneur, malgré cette parole de l’Éternel : « C’est à Jérusalem que je ferai dominer mon nom. » Or c’est en l’honneur de toute la milice céleste qu’il érigea des autels dans les deux parvis du Temple. Il fit passer son fils par le feu, s’adonna aux augures et sortilèges, et pratiqua les évocations et les divinations. Immense fut le mal qu’il fit aux yeux de l’Éternel pour l’irriter. L’idole d’Astarté qu’il avait fabriquée, il la plaça dans le Temple, dont l’Éternel avait dit à David (l’auteur des psaumes) et à son fils Salomon : « C’est dans ce Temple, à Jérusalem, la ville élue entre toutes les tribus d’Israël, que je ferai résider mon nom. Je ne ferai plus errer les pas d’Israël loin du pays que j’ai donné à ses ancêtres, pourvu qu’il accomplisse scrupuleusement mes commandements, ainsi que toute la loi que mon serviteur Moïse lui a prescrite. ».

Ce résumé des actions de Manassé permet de décrypter le psaume de cette génération, en ce qui concerne les premiers versets qui sont en quelque sorte la constatation des faits :

L’insensé

Manassé peut revendiquer ce qualificatif.

a dit en son cœur : « Il n’est point de Dieu ! » On est corrompu, on commet des actes odieux, personne ne fait le bien.

En plus de s’adonner au culte des idoles, Manassé souille le Temple et sacrifie son propre fils par le feu, ce qui est le crime le plus fort que Dieu a opposé aux peuples qui peuplaient la terre d’Israël avant leur arrivée,

Pour les conséquences des actes, nous pouvons citer la suite du récit relatif à Manassé :

  • Mais[2] ils désobéirent (le peuple d’Israël sous la conduite de Manassé) ; Manassé les induisit à agir plus mal que les peuples exterminés par l’Éternel au profit des enfants d’Israël. C’est pourquoi, l’Éternel parla ainsi par l’organe des prophètes, ses serviteurs : « Puisque Manassé, roi de Juda, s’est rendu coupable de ces abominations en faisant le mal plus que les Amorréens qui l’avaient précédé, et qu’il a entraîné même Juda au péché par ses idoles, Moi, l’Éternel, Dieu d’Israël, je susciterai contre Jérusalem et contre Juda des calamités telles que les deux oreilles tinteront à qui les apprendra. Je passerai le cordeau de Samarie et le niveau de la maison d’Achab, et je nettoierai Jérusalem comme on nettoie un vase qu’on retourne après l’avoir nettoyé. J’abandonnerai les débris de mon héritage, Je les livrerai au pouvoir de leurs ennemis, qui tous les pilleront et les dépouilleront, en raison du mal qu’ils ont fait à Mes yeux, de façon à m’irriter, depuis le jour où leurs ancêtres sont sortis de l’Égypte jusqu’au jour présent. » Manassé répandit aussi le sang innocent en si grande abondance que Jérusalem en était remplie d’une extrémité à l’autre, sans parler du crime d’avoir induit Juda à faire le mal aux yeux de l’Éternel.

Ceci illustrant la suite du psaume de cette génération :

L’Éternel du haut du ciel,

Vu la souillure du Temple par Manassé, l’Éternel est obligé de prendre « ses distances ».

regarde les hommes, pour voir s’il en est de bien inspirés, recherchant Dieu. Tous ils ont dévié,

Manassé a mal agi mais il a aussi induit le peuple entier de Juda à mal agir, de ce fait « tous » ont dévié.

ensemble ils sont pervertis ; personne n’agit bien, pas même un seul. Eh bien, ils s’en ressentiront, tous ces ouvriers d’iniquité, qui dévorent mon peuple comme on mange du pain, et n’invoquent point l’Éternel. Dès lors, ils seront saisis d’épouvante,

Voir le sort que promet l’Éternel au peuple d’Israël dans la citation précédente

car Dieu est avec la race des justes. Vous[3] blêmirez du conseil de l’humilié, Oui l’Éternel est sans abri ?

Dans la citation précédente nous voyons que Manassé s’en prend également au sang innocent, d’autre part la souillure du Temple fait que l’Éternel ne peut y résider.

[1] II ROIS Chapitre 21, versets 3 à 8

[2] II ROIS Chapitre 21, versets 9 à 16 (suite de la citation précédente)

[3] Ce verset selon la traduction d’André Chouraqui