550 à 570, psaume 75 : Les cornes de l’autel.

acces-psaume-fotolia_102515739_subscription_monthly_mhelp-bouton-fotolia_61356253_subscription_monthly_mButton aus zwei Puzzlestücken zeigt E-Mail KontaktButtonsButtonstabernacle-shutterstock_144640568

Au niveau politique, cette génération voit se consolider les pouvoirs en place aussi bien en Orient qu’en Occident.

En Occident (puisque l’Empire romain d’occident à disparu, Byzance, ancien empire chrétien d’Orient, devient l’occident face à la Perse, nouvel Orient dans cette nouvelle division du monde), cette génération est marquée par la fin du long règne de Justinien 1er (527-565) suivi de celui du début de règne de Justin II (565-578). Du côté de l’orient, Khosrô 1er (531-579) poursuit également son long règne.

La fin du règne de Justinien marque la fin du modèle romain.

De même que Justinien 1er sera une référence dans le monde Byzantin, le règne de Khosrô correspond également à un apogée du monde Sassanide.

C’est un contexte transitoire où de grands empires sont à leur apogée après avoir succédé à d’autres empires qui ont fini par disparaître.

Ces empires disparaîtront à leur tour pour céder leur place à d’autres.

Pendant ce temps, le peuple Juif dépourvu de royaume et dispersé au sein des nations condamné à subir les brimades de celles-ci traverse le temps et survit malgré tout à tous ces chamboulements du monde en attendant de retrouver sa place sur sa terre et près de Dieu.

C’est ce destin particulier que le psaume de cette génération évoque.

Lors de la génération précédente, en combattant Carthage, Bélisaire rapporte à Constantinople nombre des objets précieux du Temple que les romains avaient emporté en 71 et qui étaient tombés dans les mains de Genséric lors du sac de Rome en 455.

1024px-Old_Jerusalem_Golden_Menorah_replica_in_the_CardoCes objets sont restitués aux Juifs de Jérusalem quelques années plus tard soit vraisemblablement pendant cette génération. La restitution de ces symboles de la gloire passée du peuple Juif marque la suprématie de celui-ci sur les empires, aussi prestigieux qu’ils soient, qui se succèdent dans la domination du monde. Rome a disparu, le peuple Juif est toujours là et le lien de ce peuple avec sa terre, avec Jérusalem et son Temple reste toujours aussi fort.

C’est ce que l’auteur du psaume de cette génération exprime en préambule de ce psaume :

Nous Te rendons grâce, ô Dieu, nous Te rendons grâce, Ton nom est près [de nous] ; qu’on proclame Tes merveilles !

La suite du psaume, s’appuie sur les illusions des nations matérialisées par les empires de cette génération pour rappeler l’avenir de ce monde :

« Quand, [dit Dieu], j’en aurai fixé l’heure, Je rendrai mas arrêts avec équité. Que la terre en soit alarmée avec ses habitants, Moi, Je raffermirai ses colonnes. » Sélah ! Je dis aux insensés : « Trêve de folies ! » Aux méchants : « Ne relevez point la tête ! »

La gloire des empires passés et leur disparition doivent être un message fort aux nouveaux empires qui se partagent le monde et à ceux qui le domineront dans les générations futures. Toute gloire des nations est passagère et il n’y a pas lieu de s’en enorgueillir car toutes ont une fin.

Ne relevez pas si haut la tête, ne vous rengorgez pas pour parler avec insolence ; car ni de l’orient, ni du couchant, ni du désert ne vient la grandeur. C’est Dieu qui est l’arbitre : il abaisse l’un, il élève l’autre.

L’auteur du psaume s’appuie plus pertinemment sur cette génération pour étayer son discours puisque de fait le monde (connu) est partagé entre Orient et Occident entre Empire Byzantin et Empire Perse. À ces empires un trublion redistribuera les cartes puisque bientôt du désert apparaîtra Muhammad qui créera un nouvel Empire en Orient s’appuyant fortement sur les bases de l’empire Perse. Tout cela mènera à un partage du monde (connu) entre Occident Chrétien et Orient Musulman. Ainsi qu’en l’auteur du psaume cite « Ni de l’orient, ni du couchant, ni du désert », il tient bien compte des empires du moment et de l’évolution programmée de l’orient par l’arrivée de l’Islam en indiquant bien que toutes ces évolutions ne sont pas fortuites et entrent dans un destin voulu par le divin qui seul est habilité à établir ou rompre l’équilibre du monde.

Cette génération est plutôt paisible pour le peuple Juif, malgré son lot de vexations et de tentatives de conversion forcées.

De fait le psaume de cette génération met plutôt l’accent sur la suite de la nuit en évoquant une nouvelle fois les « cornes » qui est un thème récurrent dans les psaumes et de façon plus large dans les différents livres de la Bible.

Pour les psaumes, les cornes sont évoquées une première fois dans le psaume vingt-deux. La vingt-deuxième génération symbolise l’entrée dans la nuit profonde celle où le peuple Juif entame sa confrontation aux nations et aux particuliers aux cornes de celles-ci (rappelons que le taureau représente la prêtrise), principalement le Christianisme qui a déjà pris pied avant la présente génération et l’Islam qui bientôt émergera.

Le monde antique sera à nouveau partagé entre Orient et Occident, entre terre chrétienne et terre d’Islam, les cornes symbolisent ce partage du monde.

1024px-Roman-Empire_565adLa présente génération marque la fin d’un temps, en effet, jusqu’à présent, le monothéisme avait été ensemencé au sein des nations avec une doctrine unique (même si celle-ci a donné naissance à de nombreuses « sectes » et « hérésies »): le Christianisme.

La fin de cette unicité est amorcée à cette génération car celle-ci s’achève par la naissance de Mahomet (570) qui donnera naissance lui-même à l’Islam.

La naissance de l’Islam qui s’annonce par la naissance de Mahomet à la fin de cette génération est le signe de la maturation des nations qui maintenant s’organiseront entre influence d’Orient (Islam) et influence d’Occident (Christianisme).

C’est dans ce monde que le peuple Juif évoluera tout le reste de la nuit.

Nuit pendant laquelle le peuple Juif continuera à subir les caprices des nations et en payer le prix à l’image du sang des sacrifices d’expiation projetés vers les cornes de l’autel, vers les nations.

C’est ce que résume la fin du psaume de cette génération :

Car l’éternel tient une coupe en sa main, où écume un vin tout mêlé d’aromates, de ce vin Il verse des rasades, mais la lie, ce sont tous les méchants de la terre qui l’aspirent et la boivent.

Les nations peuvent se sentir libres d’agir à leur guise à l’encontre du peuple d’Israël qui vit en son sein, car en apparence ils restent impunis voire ils semblent en tirer profit. Cela est une vue à court terme car Dieu finira par demander compte pour les actions à l’encontre de son peuple.

Pour moi, je Le proclamerai sans trêve, je chanterai le Dieu de Jacob. J’abattrai toutes les cornes des méchants ; les cornes des justes se dresseront bien haut.

C’est ce que résume ce dernier verset : la promesse faite à Jacob sera respectée à la fin des temps et justice lui sera faite envers les nations auxquelles son peuple aura été confronté. Celles qui auront bien agi seront récompensées, celles qui auront mal agi seront punies.

 

 

[1] Psaume 22, versets 21 et 22

[2] TABARI « De Salomon à la chute des Sassanides », Chapitre Histoire de Dsoul-Qarnaïn et construction du mur de Yâdjoudj et Mâdjoudj.

[3] LÉVITIQUE, Chapitre 8, verset 15.

[4] TABARI/ « La Chronique – Histoire des prophètes et des rois » / Mohammed, sceau des prophètes/Chapitre : « Généalogie du prophète » (L. II, p. 37-38)

[5] GENÈSE, Chapitre 25, versets 13 à 15

[6] TABARI/ « La Chronique – Histoire des prophètes et des rois » / Mohammed, sceau des prophètes/Chapitre : « Généalogie du prophète » (L. II, p. 38 à 42)

[7] TABARI/ « La Chronique – Histoire des prophètes et des rois » / Mohammed, sceau des prophètes/Chapitre : « Généalogie du prophète » (L. II, p. 45 à 47)

[8] EXODE, Chapitre 25, versets 1 à 7

[9] RACHI, commentaire sur Exode, Chapitre 25, verset 5. Rachi se base sur les développements du Talmud de Babylone/traité : Chabbat/Page 28a.

[10] Voir dictionnaire Larousse « Hébreu-Français » de Marc M. Cohn.

[11] EXODE, Chapitre 26, verset 14.

[12] EXODE, Chapitre 36, verset 19.

[13] CORAN, Sourate 1 (Ouverture), verset 1