-810 à -791, psaume 7 : L’arc divin

acces-psaume-fotolia_102515739_subscription_monthly_mhelp-bouton-fotolia_61356253_subscription_monthly_mButton aus zwei Puzzlestücken zeigt E-Mail KontaktButtonsButtonsfleches shutterstock_308015015Cette septième génération correspond à la deuxième partie du règne de Joas, roi du royaume de Juda. Son règne a duré quarante ans. Pour le royaume d’Israël, cette génération est celle du roi Joachaz. Règne qui dura dix-sept ans. Cette génération, coté royaume d’Israël, est complétée par le début de règne du roi Joas (Roi du royaume d’Israël à distinguer du roi de même nom du royaume de Juda).

La sixième génération a vu les premières attaques réussies sur le royaume d’Israël par Hazaël, le nouveau roi de Syrie. Hazaël ne se contente pas de la conquête des territoires des tribus de Gad, Ruben et Manassé. Il tente tout d’abord une incursion vers Jérusalem dans le royaume de Juda qu’il épargne en acceptant les trésors du Temple que lui remet le roi Joas. Si Hazaël épargne le royaume de Juda, ce n’est pas le cas du royaume d’Israël que Dieu laissa à la merci de l’envahisseur du fait de l’attitude de Joachaz, son roi.

Cette situation justifie la complainte de David qui constitue le début du psaume de cette génération.

D’ailleurs Joachaz également se tournera vers l’Éternel pour obtenir sa clémence :

  • Mais[1] Joachaz implora le Seigneur, qui l’exauça, parce qu’il voyait l’oppression que le roi de Syrie faisait peser sur les Israélites. Il leur envoya donc un libérateur, qui les arracha à la tyrannie des Syriens, et les Israélites purent de nouveau demeurer dans leurs tentes, comme autrefois.

Toutefois l’armée du royaume fut très affaiblie. Joas le successeur de Joachaz implora Élisée :

  • Pendant[2] qu’Élisée souffrait de la maladie dont il mourut, Joas roi d’Israël, lui rendit visite, se jeta sur lui en pleurant, et dit : « Mon père, mon père ! Char et cavalerie d’Israël ! » Élisée lui dit prend : « Prends un arc et des flèches ! » Il prit un arc et des flèches. Puis il dit encore au roi d’Israël : « Place ta main sur l’arc » ; il le fit. Élisée posa ensuite ses mains sur celles du roi. « Ouvre la fenêtre du côté de l’orient, » dit elisee-joas-fleches-2-00006077Élisée ; il l’ouvrit. « Tire ! » et il tira. Le prophète continua : « C’est une flèche libératrice de la part de l’Éternel, une flèche libératrice contre la Syrie ; tu battras les Syriens à Afek, et tu les extermineras. Prends maintenant les flèches » ajouta-t-il ; il les prit. Ensuite le prophète dit : « Frappe contre terre ! » Le roi d’Israël frappa contre terre trois fois, puis s’arrêta. L’homme de Dieu se mit en colère et dit : « Tu aurais dû frapper cinq ou six fois ! Alors tu aurais battu les Syriens jusqu’à leur complète extermination. Maintenant tu ne les battras que trois fois… »

L’intervention d’Élisée illustre la fin du psaume de cette génération :

Dieu est un juge équitable, le Tout-Puissant fait sentir sa colère tous les jours: si l’on ne s’amende pas, Il aiguise son glaive, il bande son arc et l’ajuste.

Lorsque Joas tire sa flèche sur la demande d’Élisée, ce dernier indique que cette flèche est de la part de l’Éternel.

Il s’arme d’engins meurtriers,

Joas avait formulé sa demande en évoquant Char et cavalerie, ce sont les flèches divines qui l’aideront à vaincre.

de ses flèches Il fait des brandons. Voyez le méchant ourdit l’iniquité, il conçoit le mal et enfante le mensonge ; il a creusé une fosse et l’a rendue profonde, mais il glisse dans le précipice qu’il a préparé.

À l’instar des Syriens qui ont profité d’une faiblesse passagère du peuple d’Israël, Dieu finira par rendre justice à son peuple en rendant à ses ennemis le sort que leurs actes justifient.

Son injustice lui retombe sur la tête, et sur son crâne sa cruauté s’abat. Je rendrai grâce à l’Éternel pour sa justice, et je chanterai le nom du Seigneur, du très-haut.

[1] II ROIS Chapitre 13, versets 4 et 5

[2] II ROIS Chapitre 13, versets 14 à 19