-490 à -471, psaume 23 : Esther

acces-psaume-fotolia_102515739_subscription_monthly_mhelp-bouton-fotolia_61356253_subscription_monthly_mButton aus zwei Puzzlestücken zeigt E-Mail KontaktButtonsButtons

megila purim shutterstock_353121236Cette génération est marquée par le règne de Xerxès 1er plus connu sous le nom d’Assuérus, successeur du roi Darius. La réinstallation du peuple d’Israël sur sa terre n’est pas encore complètement réalisée, seul un noyau de juifs a pu s’y installer et commencer la reconstruction du Temple. Le nouveau cycle a commencé à la génération précédente, le nouveau Temple sera une nouvelle fois détruit et un nouvel exil aura lieu qui durera cette fois bien plus de soixante-dix ans, puisqu’il n’est toujours pas achevé aujourd’hui.

David avait émis quelques inquiétudes sur les capacités de survie de son peuple pour ce nouveau cycle, cette génération et la suivante lui apporte la réponse.

La prochaine sera celle d’Ezra qui réorganisera et réorientera son peuple en terre d’Israël et montrera ainsi la capacité du peuple d’Israël à se reconstruire.

Cette génération, celle d’Esther, montre sa capacité à combattre ses ennemis même dénué de moyens militaires, uniquement par la force de sa foi.

Ancient noisemakers (grogger) for the jewish holiday of purim(isolated).Cet événement est fêté par le peuple d’Israël jusqu’à aujourd’hui à travers la fête de Pourim.

Jardin, Shiraz, Iran

Le récit d’Esther se déroule à Suse, que Darius instaura comme capitale de son royaume. Suse, fait partie de la Mésopotamie, dans le croissant fertile, ce qui est le signe d’un exil doré pour les juifs qui vivent dans l’empire perse et qui profitent de son essor.

C’est ce qu’évoque le début du psaume :
L’Éternel est mon berger, je ne manquerai de rien. Dans de vertes prairies, il me fait camper, il me conduit au bord d’eaux paisibles.

Quelle que soit la condition du peuple d’Israël, sans ou hors de sa terre, celui-ci peut compter sur le soutien de son Dieu.

L’exil en perse est confortable comme l’indiquent les vertes prairies qui symbolisent l’opulence du royaume de perse et celui évoqué dans le livre d’Esther, qui est lu chaque année dans la liturgie juive à l’occasion de la fête de Pourim.

C’est au sein de cette opulence, que les juifs d’alors vivent en exil.

L’exil n’a pas toujours été synonyme de malheurs pour les juifs. Celui-ci a connu tout au long de son histoire, depuis la destruction du premier Temple, des périodes de prospérité et de paix relative tout comme cet exil dans le royaume perse. Malheureusement cela ne dure pas. Il finit toujours par surgir un ennemi inattendu qui vient remettre en cause cette insouciance.

Malgré cela, le peuple juif traverse les siècles et les ennemis d’hier ont tous disparu, alors que le peuple juif est lui toujours présent.

Paul_Alexander_Leroy_-_Haman_and_Mordecai,_1884À Suse, c’est Aman qui est l’ennemi désigné. Prototype bien particulier car il est le descendant d’Amalek, le premier peuple qui osa s’attaquer au peuple d’Israël, alors que celui venait d’être élu par Dieu.

Cet acte envers le peuple d’Israël et envers Dieu Lui-même fit qu’un des commandements imposés au peuple d’Israël fut d’éliminer Amalek et sa descendance.

C’est Saül qui aurait dû exécuter ce commandement, mais il a failli.

C’est ainsi que dans la génération qui nous intéresse, un descendant d’Amalek veut essayer d’exterminer le peuple d’Israël, montrant ainsi l’importance de la faute de Saul.

Les plans d’Aman seront déjoués, et rien finalement n’arrivera à la communauté juive de Perse.

1280px-Filippino_Lippi_-_Esther_choisie_par_Assuérus_-_Google_Art_ProjectDieu avait en effet créé le remède avant le mal, car Esther qui permettra ce résultat fut choisie par Assuérus avant qu’Aman n’initialise ses plans contre le peuple d’Israël. À chaque fois, il en sera ainsi, le peuple d’Israël réchappera aux attaques de ses ennemis, même si malheureusement dans bien des cas celui-ci ne sortira pas indemne de ces attaques.

Ainsi même lors de la deuxième guerre mondiale, la puissance nazie fut anéantie avant qu’elle ait pu atteindre complètement ses plans. L’empire nazi fut un des plus puissants de l’histoire mais aussi un des plus éphémères.

S’il n’avait duré ne serait-ce qu’une génération entière, le peuple d’Israël aurait été définitivement anéanti.

Il n’en a été rien, car avant même que le régime nazi entame sa sombre besogne, ceux qui vont contribuer à sa défaite sont déjà en place. Staline, qui lui-même sera un persécuteur des juifs, est déjà là dès les années 1920 et l’on peut penser qu’aucun autre dirigeant russe n’aurait pu obtenir la victoire contre les nazis. De même Churchill était déjà là avant l’avènement du Reich nazi prêt à agir au moment opportun pour rassembler les autres forces alliées contre l’Allemagne.

Ainsi malgré cette dureté de l’exil où les ennemis du peuple d’Israël ne cessent de vouloir sa perte, le peuple d’Israël reste fidèle à Dieu, car il sait que Dieu ne l’abandonne jamais complètement et que seule la fidélité à Dieu, à son alliance et à ses commandements lui permet de traverser sauf la nuit et de percevoir l’aurore.

C’est ce qu’exprime la suite du psaume :

Il restaure mon âme, me dirige dans les sentiers de la justice, en faveur de son nom. Dussé-je suivre la sombre vallée de la mort, je ne craindrais aucun mal, car Tu serais avec moi ; Ton soutien et Ton appui seraient ma consolation.

Dans l’histoire d’Esther, les juifs de Suse prirent volontairement le jeûne pour déjouer le sort que voulait leur réserver Aman. Le jeûne volontaire des juifs était en sorte une reconnaissance de leurs fautes et exprimait la volonté d’être sauvé par The_Banquet_of_Ahasuerus_by_Aert_de_Gelder,_Getty_Centerl’amélioration de leur conduite plutôt que par une miséricorde divine non justifiée (la tradition juive impute l’arrivée d’Aman à la participation des juifs de Suse au festin du roi dans l’irrespect des règles hébraïques).

Suite à cette prise de conscience des juifs de Suse, Esther put retourner le sort. Elle parvint en effet à rencontrer le roi sans être condamnée par celui-ci. Elle en profite pour demander que le roi et Aman puissent assister à un festin qu’elle donnerait.

De fait avant ces événements, Aman avait réussi à faire promulguer par le roi le décret qui ordonnait l’extermination de tous les juifs du royaume. Suite à la première invitation d’Esther, Aman s’enhardit et alla jusqu’à construire la potence pour pendre Mardochée. Le sursis donné à Aman (Esther aurait pu faire sa requête au roi lors du premier repas) permit de justifier la sentence qui devra s’abattre sur Aman et les siens, par l’acharnement de ceux-ci à vouloir la perte des juifs du royaume (ce que le psaume exprime par « ma coupe est pleine à déborder », ce qui peut être interprété que la cause est maintenant largement entendue).

The_wrath_of_Ahasuerus,_by_Jan_SteenVint donc le deuxième repas donné par Esther:
– Le roi et Aman vinrent donc s’asseoir au festin avec la reine Esther. Et le second jour encore, le roi dit à Esther pendant le festin, à l’heure du vin : « Fais connaître ta demande, reine Esther, et elle te sera accordée ; dis ce que tu souhaites : quand ce sera la moitié du royaume, tu l’obtiendrais. » La reine Esther répondit en ces termes : « Si j’ai trouvé grâce à tes yeux, et si tel est le bon plaisir du roi, puisse-t-on à ma demande, me faire don de la vie et, à ma requête sauver mon peuple ! Car nous avons été vendus, moi et mon peuple, pour être détruits, exterminés, anéantis. Si, du moins, nous avions été vendus pour être esclaves ou servantes, j’aurais gardé le silence ; assurément, le persécuteur n’a pas le souci du dommage causé au roi ! » Le roi Assuérus se récria et dit à la reine Esther : « Qui est-il, où est-il, celui qui a eu l’audace d’agir de la sorte ? » Cet homme, répliqua Esther, cruel et acharné, c’est ce méchant Aman que voilà ! Aman fut atterré en présence du roi et de la reine. Le roi s’était ; dans sa colère, levé du festin pour gagner le parc du palais, tandis qu’Aman se redressa pour demander grâce de la vie à la reine Esther, car il voyait que sa perte était résolue par le roi. Comme le roi revenait du parc du palais dans la salle du festin, il vit Aman qui s’était laissé tomber sur le divan occupé par Esther : « Comment s’écria le roi, tu vas jusqu’à faire violence à la reine en ma présence, dans mon palais ! » L’ordre en fut donné par le roi, et on voilât le visage d’Aman. Alors Harbona, un des eunuques, dit devant le roi : « Ne voilà-t-il pas que la potence, préparée par Aman pour Mardochée, qui a parlé pour le salut du roi , se dresse dans la maison d’Aman, haute de cinquante EST_2_-_17coudées ! » « Qu’on l’y pende » s’écria le roi. On attacha donc Aman à la potence qu’il avait préparé pour Mardochée. Et la colère du roi s’apaisa.

L’attitude d’Aman ne pouvait être acceptée, car Esther avait en effet le statut de reine. Elle fut tout d’abord préparée comme toute concubine du roi puis fut choisie comme Reine par le Roi.

L’ensemble de ces événements est illustré dans la suite du psaume :

Tu dresses la table devant moi, à la face de mes ennemis.
o C’est lors du repas organisé en présence d’Aman, ennemi du peuple d’Israël, que le sort funeste a pu être retourné.

Tu parfumes d’huile ma tête,
o Esther était Reine

ma coupe est pleine à déborder.
o Il a fallu attendre qu’Aman aille au bout de ses plans pour que celui-ci soit puni.

Suite à la mort d’Aman, le décret qu’il avait obtenu de la part du roi est annulé et tous les siens sont éliminés.

Cet épisode illustre bien la bienveillance de Dieu pour son peuple même dans la dureté de l’exil et l’assurance que le peuple d’Israël finira par retrouver sa place auprès de Dieu répondant ainsi partiellement aux inquiétudes que David avait évoquées lors du psaume précédent (attaché à la génération précédente).

Cette conclusion étant ainsi conforme à la conclusion du psaume :
Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront ma vie durant, et j’habiterai de longs jours dans la maison du Seigneur.