-630 à -611, psaume 16 : Redécouverte de l’héritage.

acces-psaume-fotolia_102515739_subscription_monthly_mhelp-bouton-fotolia_61356253_subscription_monthly_mButton aus zwei Puzzlestücken zeigt E-Mail KontaktButtonsButtons sefer shutterstock_357727709

La génération seize est la génération de Josias. Son règne a commencé sur la génération précédente et se terminera sur le début de la génération suivante (génération dix-sept). Cette génération est donc sous le signe de la réconciliation avec l’Éternel car Josias suit « en tout la voie de son aïeul David ». Cela sera aussi l’occasion de redécouvrir la doctrine divine, dont le livre (la torah) est redécouvert à cette génération. Ignorée jusqu’alors, Josias et le peuple de Judée vont redécouvrir les commandements divins.

Malgré la prédiction de la prophétesse Houlda prédisant que la colère de Dieu viendrait bientôt s’abattre sur le royaume de Juda, le roi Josias mis en exécution les préceptes du livre en particulier en détruisant tous les vestiges idolâtres du royaume y compris ceux construits par Salomon et institua la célébration de la Pâque qui n’avait jamais été célébrée de cette manière depuis l’époque des Juges.

De l’ensemble de ces faits ressort l’illustration du psaume seize :

Protège-moi, ô Dieu, car je m’abrite en toi

Cela exprime bien l’attitude de Josias qui se démarque de ses prédécesseurs en s’appuyant pleinement sur l’Éternel.

Je dis à l’Éternel : « Tu es mon Maître ! Mon bonheur n’est pas en de hors de toi. » Aux saints qui sont sur la terre, aux nobles cœurs vont toutes mes aspirations

Josias se tourne vers l’Éternel et après la découverte du livre applique à la lettre ses préceptes.

Ceux qui multiplient leurs peines, courant après d’autres biens, je ne prendrai aucune part à leurs libations mêlées de sang, leurs noms ne viendront pas sur mes lèvres.

Attitude qui rompt avec celle de ses prédécesseurs, comme le montre l’acte d’accusation de Jérémie qui commence ses prophéties pendant le règne de Josias.

Et aussi la suite du psaume :

L’Éternel est la portion de mon sort, mon calice, c’est Toi, Seigneur, qui consolide mon lot, un héritage m’est échu en des lieux de délices ; oui, mon patrimoine me plaît tout à fait.

L’héritage est bien sûr le livre de la loi retrouvé dans le Temple et qui constitue le bien le plus précieux que pouvait hériter le peuple d’Israël des générations antérieures. Malgré les malheurs qui y sont prédits, Josias accepte cette transmission.

Je bénis l’Éternel, qui a été mon guide : même de nuit, mon cœur l’en avertit. Je fixe constamment mes regards sur le Seigneur ; s’il est à ma droite, je ne chancellerai pas.

Nous sommes toujours au cœur des malédictions, dans la première phase de la nuit subie par le peuple d’Israël, malgré cela le peuple d’Israël, à travers Josias renouvelle sa confiance en l’Éternel en célébrant à nouveau la Pâque qui est la fête qui scelle l’union entre le peuple d’Israël et l’Éternel.

C’est pourquoi mon cœur se réjouit, mon âme jubile, mon corps même repose en sécurité. Car tu n’abandonneras pas mon âme au Cheol, tu ne laisseras pas tes fidèles voir l’abîme. Tu me feras connaître le chemin de la vie, la plénitude des joies qu’on goûte en ta présence, les délices éternels dont on se délecte à ta droite.