Actualités

Nakba : la réécriture de l’histoire

Le maire de Bezons (PCF) a inauguré symboliquement le 11 juin 2018 une plaque commémorant la Nakba et dénonçant le « criminel de guerre » Ben Gurion. L’antisémitisme athée se joint à l’antisémitisme religieux pour mener son combat nauséabond envers les Juifs.

Mais les criminels de guerre ne sont pas du coté israélien, mais bien du coté de la coalition arabe de l’époque de cette « nakba » :

  • Le 15 mai 1948[1], le jour même de la proclamation de l’État d’Israël à Tel-Aviv, les États arabes mettent à exécution leurs menaces en envahissant l’État hébreu. Peu de temps auparavant, le secrétaire de la Ligue arabe, ‘Abd al-Rahman ‘Azzam avait prévenu qu’il s’agirait d’une « guerre d’extermination » et (d’)un immense massacre dont l’histoire retiendra le nom comme ceux des Mongols et des croisés ». La liquidation de l’Etat juif « est le but ultime de cette invasion », précise pour sa part Ahmed Choukeiri, appartenant à l’époque à l’entourage immédiat du Mufti de Jérusalem, al-Hajj Amin al-Husseini.

Si il y a eu « Nakba », c’est qu’au lieu de suivre les musulmans qui voulaient coexister avec les Juifs, ce qu’on  nomme aujourd’hui Palestiniens ont préféré suivre la voie du Mufti de Jérusalem, al-Hajj Amin al-Husseini. Ils ont quitté « provisoirement » ce que certains nomment aujourd’hui Palestine pour laisser place nette aux armées de destruction arabes. Malheureusement pour eux, cela n’a pas eu lieu.

En faisant du Mufti leur Héro, ils sont complices de réels crimes de guerre mais aussi de réels crimes contre l’humanité dont le Mufti et de nombreux musulmans ont en été les acteurs directs pendant la seconde guerre mondiale. Le monde arabe s’est en effet rangé, lors de la seconde guerre mondiale, aux côtés des nazis pour combattre les Juifs mais aussi, n’en déplaise au Maire de Bezons, au communisme ….

Pour plus d’info je joins les articles que j’ai déjà écrit sur la coopération entre le monde musulman et l’Allemagne nazie.

Islam et Nazisme: Préambule

Islam et Nazisme: 1 – Les troupes régulières.

Islam et Nazisme: 2 – La ferveur.

Islam et Nazisme: 3 – Divisions SS et Einsatzgruppen

Islam et Nazisme: 4 – Le mufti et après la chute …

[1] Michel Abitbol : « Histoire des Juifs, de la Genèse à nos jours ». Chapitre : « Une nouvelle géographie juive ». (p. 621)

Actualités

La fin d’un monde : les Juifs Séfarades

Pour faire le bilan de la disparition des Juifs Séfarades dans leurs Terres ancestrales, 4 articles ont été créés.

S’il y a bien eu apartheid en Orient, ce n’est pas en Israël qu’il faut chercher …

(Israël seul état Juif au monde a 20% de sa population qui est musulmane – environ 1,6 million pour une population totale de 7,5 millions – jouissant des mêmes droits que les Juifs. Dans les pays musulmans, la population juive est de seulement 0,0028 % (environ 50 000 juifs pour une population de 1,8 milliards de musulmans, principalement en Turquie et en Iran), résultat d’un véritable apartheid (statut de dhimmi), soit près de 10 000 fois moins que la proportion des citoyens musulmans en Israël !

Si il y a bien eu vol de terres et de maisons en Orient, ce n’est toujours pas en Israël qu’il faut chercher …

Si certains Palestiniens peuvent exhiber les clés de leur maison abandonnée en Israël (- pour les rares qui exhibent des clés réelles de maisons abandonnées -) c’est bien qu’ils pensaient y revenir rapidement après que les armées amies aient fini de nettoyer cette terre de toute présence juive. Les Juifs qui ont du quitter, bien souvent après plus de 2 millénaires de présence, leur maison en des terres devenues musulmanes n’en ont pas conserver les clé, car il savaient qu’ils n’y reviendraient plus. De plus bien souvent ils étaient fouillés à leur sortie par les nouveaux maîtres des lieux, et comme le dit Roger Hanin dans le coup de Sirocco, ils partaient « une main devant une main derrière ».

En complément je joins un article sur la construction du plus grand pays musulman en population (à sa création): le Pakistan. Cette création a déplacé bien plus de population que celle de l’État d’Israël …

Vous pouvez accéder aux articles suivant en cliquant dessus.

La fin d’un monde : les Juifs Séfarades, préambule

La fin d’un monde : les Juifs Séfarades – I, le statut de dhimmi

La fin d’un monde : les Juifs Séfarades – II, Maghreb

La fin d’un monde : les Juifs Séfarades, III – De la Libye au Yémen.

Le pays des purs (le Pakistan)

 

 

 

Actualités

Shavuot: Happy end

Trump, which Europe continues to regard as a « complete idiot », has just inaugurated the US Embassy in Jerusalem. Europe is moving.

Remember, however, that despite « his great stupidity », Trump made no mistake so far: the US economy is flourishing and the third world war with North Korea will not happen. The whole world revolted against the use of chemical weapons against its population by Hassan in Syria with the support of his allies: Russia and Iran. Not a country has accompanied this disapproval by acts. Not a country except Trump’s USA who just told Iran that not everything was allowed. The message sent to Iran by Trump was probably also understood by Syria and Russia.

Returning to Jerusalem, the international bodies that have continued to delegitimize Israel, yet validate Israel’s sovereignty over West Jerusalem at least. The inauguration of the US embassy is not shocking. All the more so, that Trump in this case is only applying an old decision of the American Congress. The fact that reunited Jerusalem is the capital of Israel is another debate to which every Jew, somewhat rooted in his roots, has his own answer.

In fact, if this act is fought by a good part of the Muslim world and a good part of the Christian world, it seems to be an additional step in the return of sovereignty of the people of Israel to their land. Back that the prophets of the Bible had already announced there is between 2 and 3 millennia.

If Christians and Muslims have this fear, at least those of them who continue to think that the Jewish people are a permanently fallen and cursed people, the fact that this inauguration took place on the eve of the Jewish holiday of Shavuot should still no longer terrifying them.

Indeed, Shavuot is with the festival of Pesach (« Festival of Matzoth« ) and that of Sukkot (« festival of tents ») one of three pilgrimage festivals during which the Jewish people had to go to the Temple.

In the Bible, the festival of Shavuot is called « Festival of Weeks« .

Indeed this one is celebrated following a counting (the Omer) as from the festival of Passover. Exactly Seven weeks are 49 days, Shavuot is celebrated at the end of this count is the 50th day.

As explained on my site, this number of 49 is important. 49 curses are defined in the book of Leviticus and 98 (2 times 49) are defined in Deuteronomy. There are 147 curses in total, 3 times 49. 49 are associated with each of the three pilgrimage celebrations. If the Jewish people have been cursed, for reasons much more complex than those admitted by the other 2 monotheistic religions, these curses stop at the present generation, the generation of the years 2010 to 2030, the 147th generation. For if the Festival of Shavuot closed a count of 49, the closing of the 3 count associated with the 3 pilgrimage celebrations gives 147. 147 generation that end with the present generation

To find out more about this, consult the following link on this website:

Shavuot

Shavuot is celebrated on the 50th day and thus at the end of the curses and thus symbolizes the end of these and in particular the end of the exile of the Jewish people who finally finds his place with God on his land as the symbolizes the gift of the Torah that is celebrated that day.

Each curse has a generation of 20 years, and each generation is evoked by a psalm of David in the order of generations.

Thus the first generation associated with a curse is the one that follows the death of Solomon from 930 BC to 910 BC and is associated with Psalm 1. The last generation associated with a curse (the 147th) is the current generation of 2010 to 2030 and is associated with Psalm 147.

These 147 generations of curses that end in the present generation are described generation by generation on my website.

The guiding thread is the psalms of David, because I show that these psalms tell in advance all these generations, a psalm for a generation of 20 years in the order of the psalms.

However, if this contradicts your rationalism, you will still be able to use my website only to find out what events have marked Jewish life for this or that generation.

To quickly judge the correspondence with the psalms, you can consult the page « about website » it by clicking below:

About website

Thus, to know all the historical, cultural or societal events that have affected the course of Jews and Judaism for 3,000 years, visit my website. I describe the 147 generations of 20 years who have succeeded since 930 BC until today (until 2030) based on a very large number of religious or reference historical books.

On my site the main menu (see help) allows quick access to each generation, but I recall them below (in reverse chronological order):

(just click on the corresponding line to reach the page relating to the selected generation)

Psalms / generations already available in English:

2010 AD to 2030 AD, Psalm 147: The glaciation.

1990 AD to 2010 AD, Psalm 146: Asymmetric Wars

 

Psalms / generations in French version (English version is in progress):

Génération des années 1970 à 1990: Les Refuzniks.

Génération des années 1950 à 1970: Tsahal.

Génération des années 1930 à 1950: La bête immonde.

Génération des années 1910 à 1930: La Déflagration.

Génération des années 1890 à 1910: Dreyfus.

Génération des années 1870 à 1890: Le IIe Reich.

Génération des années 1850 à 1870: Darwin.

Génération des années 1830 à 1850: Renaissance de Jérusalem, ville juive.

Génération des années 1810 à 1830: Lorelei.

Génération des années 1790 à 1810: L’émancipation.

Génération des années 1770 à 1790: Mendelssohn.

Génération des années 1750 à 1770: Les francs-maçons.

Génération des années 1730 à 1750: Les lumières.

Génération des années 1710 à 1730: Les pleurs de Rachel.

Génération des années 1690 à 1710: Les Hofjuden.

Génération des années 1670 à 1690: Spinoza.

Génération des années 1650 à 1670: Le déluge.

Génération des années 1630 à 1650: Goûte le bonheur de Jérusalem.

Génération des années 1610 à 1630: Le réveil des cryptojuifs.

Génération des années 1590 à 1610: Amsterdam.

Génération des années 1570 à 1590: L’invincible Armada.

Génération des années 1550 à 1570: La pureté de sang.

Génération des années 1530 à 1550: Safed.

Génération des années 1510 à 1530: Soleïman Le Magnifique.

Génération des années 1490 à 1510: La fin de Séfarad.

Génération des années 1470 à 1490: L’Inquisition.

Génération des années 1430 à 1470: La chute de Constantinople.

Génération des années 1410 à 1430: Tortosa.

Génération des années 1390 à 1410: Les marranes.

Génération des années 1370 à 1390: Tentations.

Génération des années 1350 à 1370: Samuel Halevi.

Génération des années 1330 à 1350: La Peste noire.

Génération des années 1310 à 1330: Les Pastoureaux.

Génération des années 1290 à 1310: Cabale.

Génération des années 1270 à 1290: Le Zohar.

Génération des années 1250 à 1270: Nahmanide.

Génération des années 1230 à 1250: Le brûlement du Talmud.

Génération des années 1210 à 1230: Gengis Khan.

Génération des années 1190 à 1210: Le Guide des égarés.

Génération des années 1170 à 1190: Maïmonide.

Génération des années 1150 à 1170: Ibn Ezra.

Génération des années 1130 à 1150: Le Bahir.

Génération des années 1110 à 1130: Le Kuzari.

Génération des années 1090 à 1110: La première croisade.

Génération des années 1070 à 1090: Le temps des synagogues.

Génération des années 1050 à 1070: Rachi.

Génération des années 1030 à 1050: Europe.

Génération des années 1010 à 1030: Déclin du monde méditerranéen.

Génération des années 990 à 1010: La lumière de l’exil.

Génération des années 970 à 990: Chanter un cantique nouveau.

Génération des années 950 à 970: Hasdaï Ibn Shaprut.

Génération des années 930 à 950: Saadia Gaon.

Génération des années 910 à 930: Les Khazars.

Génération des années 890 à 910: Les Karaïtes.

Génération des années 870 à 890: L’oiseleur.

Génération des années 850 à 870: Réponse.

Génération des années 830 à 850: Bilan.

Génération des années 810 à 830: Agobard.

Génération des années 790 à 810: Charlemagne.

Génération des années 770 à 790: Les Omeyyades de Cordoue.

Génération des années 750 à 770: Monde nouveau.

Génération des années 730 à 750: À travers la vallée des larmes.

Génération des années 710 à 730: Al Aqsa.

Génération des années 690 à 710: Les Wisigoths.

Génération des années 670 à 690: Le feu grégeois.

Génération des années 650 à 670: Aïcha.

Génération des années 630 à 650: La conquête arabe.

Génération des années 610 à 630: L’Hégire.

Génération des années 590 à 610: Mahomet.

Génération des années 570 à 590: Khaibar.

Génération des années 550 à 570: Les cornes de l’autel.

Génération des années 530 à 550: Sainte Sophie.

Génération des années 510 à 530: Dsou-Nowas.

Génération des années 490 à 510: Fin de l’Empire romain.

Génération des années 470 à 490: Talmud de Babylone.

Génération des années 450 à 470: Le sac de Rome.

Génération des années 430 à 450: Les Juifs parias.

Génération des années 410 à 430: La Ka’ba.

Génération des années 390 à 410: La Vulgate.

Génération des années 370 à 390: Recul du paganisme.

Génération des années 350 à 370: Julien.

Génération des années 330 à 350: Constantinople.

Génération des années 310 à 330: Constantin.

Génération des années 290 à 310: La scission de l’Empire romain.

Génération des années 270 à 290: Poumbédita.

Génération des années 250 à 270: Nehardea.

Génération des années 230 à 250: Gestation de l’Europe.

Génération des années 210 à 230: Les Sassanides.

Génération des années 190 à 210: Michna.

Génération des années 170 à 190: Fondements du christianisme.

Génération des années 150 à 170: Édom.

Génération des années 130 à 150: Bar Kokhba.

Génération des années 110 à 130: Alexandrie.

Génération des années 90 à 110: Les Évangiles.

Génération des années 70 à 90: Yabné.

Génération des années 50 à 70: Prières en Guise de sacrifices.

Génération des années 30 à 50: Le sage meurt aussi.

Génération des années 10 à 30: Jérusalem universelle.

Génération des années 10 av. JC à 10 ap. JC: Jésus, pour les nations.

Génération des années 30 av. JC à 10 av. JC: La terre tremble.

Génération des années 50 av. JC à 30 av. JC: Hérode.

Génération des années 70 av. JC à 50 av. JC: Sous le signe d’Esaü.

Génération des années 90 av. JC à 70 av. JC: Revenir auprès de l’autel.

Génération des années 110 av. JC à 90 av. JC: Alexandre Jannée.

Génération des années 130 av. JC à 110 av. JC: Jean Hyrcan.

Génération des années 150 av JC à 130 av. JC: Maccabées.

Génération des années 170 av JC à 150 av. JC: Hanouccah.

Génération des années 190 av. JC à 170 av. JC: Antiochus Épiphane.

Génération des années 210 av. JC à 190 av. JC: Le méchant ne l’emportera pas.

Génération des années 230 av. JC à 210 av. JC : L’hippodrome.

Génération des années 250 av. JC à 230 av. JC : Calme trompeur.

Génération des années 270 av. JC à 250 av. JC: Ouverture aux nations.

Génération des années 290 av. JC à 270 av. JC: La Septante.

Génération des années 310 av. JC à 290 av. JC: Les Lagides.

Génération des années 330 av. JC à 310 av. JC: L’empreinte d’Ésaü.

Génération des années 350 av. JC à 330 av. JC: Alexandre.

Génération des années 370 av. JC à 350 av. JC: Jonas.

Génération des années 390 av. JC à 370 av. JC: Reconstruction du peuple d’Israël.

Génération des années 410 av. JC à 390 av. JC: Ezra.

Génération des années 430 av. JC à 410 av. JC: La loi d’Israël.

Génération des années 450 av. JC à 430 av. JC: Rédemption.

Génération des années 470 av. JC à 450 av. JC: Les murailles de Jérusalem.

Génération des années 490 av. JC à 470 av. JC: Esther.

Génération des années 510 av. JC à 490 av. JC: La biche de l’aurore.

Génération des années 530 av. JC à 510 av. JC: Daniel.

Génération des années 550 av. JC à 530 av. JC: Chute de Babylone.

Génération des années 570 av. JC à 550 av. JC: La clémence après la sanction.

Génération des années 590 av. JC à 570 av. JC: Le char céleste.

Génération des années 610 av. JC à 590 av. JC: Fin de la présence divine.

Génération des années 630 av. JC à 610 av. JC: Redécouverte de l’héritage.

Génération des années 650 av. JC à 630 av. JC: Qui habitera sur ta montagne sainte ?

Génération des années 670 av. JC à 650 av. JC: Dieu prend de la hauteur.

Génération des années 690 av. JC à 670 av. JC: Déclin du royaume de Judée.

Génération des années 710 av. JC à 690 av. JC: Sursis pour le royaume de Judée.

Génération des années 730 av. JC à 710 av. JC: Fin du royaume d’Israël.

Génération des années 750 av. JC à 730 av. JC: Prophéties.

Génération des années 770 av. JC à 750 av. JC : Isaïe

Génération des années 790 av. JC à 770 av. JC: La tentation d’Édom.

Génération des années 810 av. JC  à 790 av. JC: L’arc divin.

Génération des années 830 av. JC  à 810 av. JC: Déclin du Royaume d’Israël.

Génération des années 850 av. JC à 830 av. JC: Élisée.

Génération des années 870 av. JC à 850 av. JC: Lumière et pénombre.

Génération des années 890 av. JC à 870 av. JC: Élie.

Génération des années 910 av. JC à 890 av. JC: L’agitation des nations.

Génération des années 930 av. JC à 910 av. JC: Le déchirement.

 

Paul David

Actualités

Chavouot: Happy end

 

Trump, que l’Europe ne cesse de considérer comme un « idiot fini », vient d’inaugurer l’Ambassade des USA à Jérusalem. L’Europe s’en émeut.

Rappelons tout de même que malgré « sa grande bêtise », Trump n’a fait aucune erreur à ce jour: l’économie américaine est florissante et la troisième guerre mondiale avec la Corée du Nord n’aura pas lieu. Le monde entier s’est révolté contre l’usage d’armes chimiques, contre sa population, par Hassad en Syrie avec le soutien de ses alliés: Russie et Iran. Pas un pays n’a accompagné cette désapprobation par des actes. Pas un pays sauf les USA de Trump qui viennent de signifier à l’Iran que tout n’était pas permis. Le message envoyé à l’Iran par Trump a vraisemblablement aussi été compris par la Syrie et la Russie.

Pour en revenir à Jérusalem, les instances internationales qui n’ont de cesse de délégitimer Israël, ont pourtant valider la souveraineté d’Israël sur Jérusalem Ouest à minima. L’inauguration de l’ambassade US n’a donc rien de choquant d’autant plus, que Trump dans ce cas ne fait qu’appliquer une décision ancienne du congrès américain. Le fait que Jérusalem réunifiée soit la capitale d’Israël est un débat autre auquel tout juif encore quelque un peu attaché à ses racines a la réponse.

En fait si cet acte est combattu du coté musulman et du coté chrétien c’est qu’il semble bien être un échelon supplémentaire dans le retour en souveraineté du peuple d’Israël sur sa terre que les prophètes de la Bible avaient pourtant déjà annoncé il y a de cela entre 2 et 3 millénaires.

Si chrétiens et musulmans ont cette crainte, tout du moins ceux d’entre eux qui continuent à penser que le peuple Juif est un peuple définitivement déchu et maudit, le fait que cette inauguration ait eu lieu la veille de la fête juive de Chavouot devrait encore plus les terrifier.

En effet, Chavouot est avec la fête de Pessah (« fête des azymes ») et celle de Souccoth (« fête des tentes ») une des trois fêtes de pèlerinage pendant lesquelles le peuple Juif devait se rendre au Temple.

Dans la Bible, la fête de Chavouot est dénommée « fête des semaines ».

En effet celle-ci est célébrée suite à un comptage (le Omer) à compter de la fête de Pessah. Exactement Sept semaines soient 49 jours, Chavouot est fêtée à l’issue de ce comptage soit le 50ème jour.

Comme expliqué sur mon site, ce nombre de 49 est important car 49 malédictions sont définies dans le livre du Lévitique et 98 (2 fois 49) sont définies dans le Deutéronome. Soient 147 malédictions au total, 3 fois 49. 49 qu’on peut associer à chacune des trois fêtes de pèlerinage. Si le peuple Juif a bien été maudit, pour des raisons bien plus complexes que celles admises par les 2 autres religions monothéistes, ces malédictions s’arrêtent à la présente génération, la génération des années 2010 à 2030, la 147ème génération. Car si la fête de Chavouot clos un comptage de 49, la clôture des 3 comptages associés aux 3 fêtes de pèlerinage donne 147. 147 générations qui s’achèvent à la présente génération

Pour en savoir plus à ce sujet, consulter le lien suivant  présent sur ce site web:

Chavouot/Shavuot

Chavouot est fêté le 50ème jour et donc à l’issue des malédictions et symbolise donc la fin de celles-ci et en particulier la fin de l’exil du peuple Juif qui retrouve enfin sa place auprès de Dieu sur sa terre comme le symbolise le don de la Torah qui est fêtée ce jour-là.

À chaque malédiction correspond une génération de 20 ans, et chaque génération est évoquée par un psaume de David dans l’ordre des générations.

Ainsi la première génération associée à une malédiction est celle qui suit la mort de Salomon soit de -930 à -910 et est associée au psaume 1. La dernière génération associée à une malédiction (la 147ème) est la génération actuelle soit de 2010 à 2030 et est associée au psaume 147.

Ces 147 générations de malédictions qui s’achèvent à la présente génération sont décrites génération par génération sur mon site.

Le fil conducteur sont les psaumes de David, car je démontre que ces psaumes racontent par avance toutes ces générations, un psaume pour une génération de 20 ans dans l’ordre des psaumes.

Toutefois, si cela est en contradiction avec votre rationalisme, vous pourrez quand même utiliser mon site uniquement pour savoir quels sont les événements qui ont marqué la vie juive à telle ou telle génération.

Pour plus de détail sur la logique du site web:

A propos/about website

 

Ainsi, pour tout connaître des événements historiques, culturels ou sociétaux qui ont affecté le parcours des juifs et du judaïsme depuis 3 000 ans, rendez-vous sur mon site. J’y décris les 147 générations de 20 ans qui se sont succédé depuis 930 avant JC jusqu’à nos jours (jusqu’en 2030) en me basant sur un très grand nombre d’ouvrages religieux ou historiques de référence.

Le fil conducteur sont les psaumes de David, car je démontre que ces psaumes racontent par avance toutes ces générations, un psaume pour une génération de 20 ans dans l’ordre des psaumes.

Sur mon site le menu principal (voir aide) permet d’accéder rapidement à chaque génération, mais je les rappelle ci-dessous (par ordre chronologique inversé):

(il vous suffit de cliquer sur la ligne correspondante pour atteindre la page relative à la génération sélectionnée)

Génération des années 2010 à 2030 : La glaciation.

Génération des années 1990 à 2010: Les guerres asymétriques.

Génération des années 1970 à 1990: Les Refuzniks.

Génération des années 1950 à 1970: Tsahal.

Génération des années 1930 à 1950: La bête immonde.

Génération des années 1910 à 1930: La Déflagration.

Génération des années 1890 à 1910: Dreyfus.

Génération des années 1870 à 1890: Le IIe Reich.

Génération des années 1850 à 1870: Darwin.

Génération des années 1830 à 1850: Renaissance de Jérusalem, ville juive.

Génération des années 1810 à 1830: Lorelei.

Génération des années 1790 à 1810: L’émancipation.

Génération des années 1770 à 1790: Mendelssohn.

Génération des années 1750 à 1770: Les francs-maçons.

Génération des années 1730 à 1750: Les lumières.

Génération des années 1710 à 1730: Les pleurs de Rachel.

Génération des années 1690 à 1710: Les Hofjuden.

Génération des années 1670 à 1690: Spinoza.

Génération des années 1650 à 1670: Le déluge.

Génération des années 1630 à 1650: Goûte le bonheur de Jérusalem.

Génération des années 1610 à 1630: Le réveil des cryptojuifs.

Génération des années 1590 à 1610: Amsterdam.

Génération des années 1570 à 1590: L’invincible Armada.

Génération des années 1550 à 1570: La pureté de sang.

Génération des années 1530 à 1550: Safed.

Génération des années 1510 à 1530: Soleïman Le Magnifique.

Génération des années 1490 à 1510: La fin de Séfarad.

Génération des années 1470 à 1490: L’Inquisition.

Génération des années 1430 à 1470: La chute de Constantinople.

Génération des années 1410 à 1430: Tortosa.

Génération des années 1390 à 1410: Les marranes.

Génération des années 1370 à 1390: Tentations.

Génération des années 1350 à 1370: Samuel Halevi.

Génération des années 1330 à 1350: La Peste noire.

Génération des années 1310 à 1330: Les Pastoureaux.

Génération des années 1290 à 1310: Cabale.

Génération des années 1270 à 1290: Le Zohar.

Génération des années 1250 à 1270: Nahmanide.

Génération des années 1230 à 1250: Le brûlement du Talmud.

Génération des années 1210 à 1230: Gengis Khan.

Génération des années 1190 à 1210: Le Guide des égarés.

Génération des années 1170 à 1190: Maïmonide.

Génération des années 1150 à 1170: Ibn Ezra.

Génération des années 1130 à 1150: Le Bahir.

Génération des années 1110 à 1130: Le Kuzari.

Génération des années 1090 à 1110: La première croisade.

Génération des années 1070 à 1090: Le temps des synagogues.

Génération des années 1050 à 1070: Rachi.

Génération des années 1030 à 1050: Europe.

Génération des années 1010 à 1030: Déclin du monde méditerranéen.

Génération des années 990 à 1010: La lumière de l’exil.

Génération des années 970 à 990: Chanter un cantique nouveau.

Génération des années 950 à 970: Hasdaï Ibn Shaprut.

Génération des années 930 à 950: Saadia Gaon.

Génération des années 910 à 930: Les Khazars.

Génération des années 890 à 910: Les Karaïtes.

Génération des années 870 à 890: L’oiseleur.

Génération des années 850 à 870: Réponse.

Génération des années 830 à 850: Bilan.

Génération des années 810 à 830: Agobard.

Génération des années 790 à 810: Charlemagne.

Génération des années 770 à 790: Les Omeyyades de Cordoue.

Génération des années 750 à 770: Monde nouveau.

Génération des années 730 à 750: À travers la vallée des larmes.

Génération des années 710 à 730: Al Aqsa.

Génération des années 690 à 710: Les Wisigoths.

Génération des années 670 à 690: Le feu grégeois.

Génération des années 650 à 670: Aïcha.

Génération des années 630 à 650: La conquête arabe.

Génération des années 610 à 630: L’Hégire.

Génération des années 590 à 610: Mahomet.

Génération des années 570 à 590: Khaibar.

Génération des années 550 à 570: Les cornes de l’autel.

Génération des années 530 à 550: Sainte Sophie.

Génération des années 510 à 530: Dsou-Nowas.

Génération des années 490 à 510: Fin de l’Empire romain.

Génération des années 470 à 490: Talmud de Babylone.

Génération des années 450 à 470: Le sac de Rome.

Génération des années 430 à 450: Les Juifs parias.

Génération des années 410 à 430: La Ka’ba.

Génération des années 390 à 410: La Vulgate.

Génération des années 370 à 390: Recul du paganisme.

Génération des années 350 à 370: Julien.

Génération des années 330 à 350: Constantinople.

Génération des années 310 à 330: Constantin.

Génération des années 290 à 310: La scission de l’Empire romain.

Génération des années 270 à 290: Poumbédita.

Génération des années 250 à 270: Nehardea.

Génération des années 230 à 250: Gestation de l’Europe.

Génération des années 210 à 230: Les Sassanides.

Génération des années 190 à 210: Michna.

Génération des années 170 à 190: Fondements du christianisme.

Génération des années 150 à 170: Édom.

Génération des années 130 à 150: Bar Kokhba.

Génération des années 110 à 130: Alexandrie.

Génération des années 90 à 110: Les Évangiles.

Génération des années 70 à 90: Yabné.

Génération des années 50 à 70: Prières en Guise de sacrifices.

Génération des années 30 à 50: Le sage meurt aussi.

Génération des années 10 à 30: Jérusalem universelle.

Génération des années 10 av. JC à 10 ap. JC: Jésus, pour les nations.

Génération des années 30 av. JC à 10 av. JC: La terre tremble.

Génération des années 50 av. JC à 30 av. JC: Hérode.

Génération des années 70 av. JC à 50 av. JC: Sous le signe d’Esaü.

Génération des années 90 av. JC à 70 av. JC: Revenir auprès de l’autel.

Génération des années 110 av. JC à 90 av. JC: Alexandre Jannée.

Génération des années 130 av. JC à 110 av. JC: Jean Hyrcan.

Génération des années 150 av JC à 130 av. JC: Maccabées.

Génération des années 170 av JC à 150 av. JC: Hanouccah.

Génération des années 190 av. JC à 170 av. JC: Antiochus Épiphane.

Génération des années 210 av. JC à 190 av. JC: Le méchant ne l’emportera pas.

Génération des années 230 av. JC à 210 av. JC : L’hippodrome.

Génération des années 250 av. JC à 230 av. JC : Calme trompeur.

Génération des années 270 av. JC à 250 av. JC: Ouverture aux nations.

Génération des années 290 av. JC à 270 av. JC: La Septante.

Génération des années 310 av. JC à 290 av. JC: Les Lagides.

Génération des années 330 av. JC à 310 av. JC: L’empreinte d’Ésaü.

Génération des années 350 av. JC à 330 av. JC: Alexandre.

Génération des années 370 av. JC à 350 av. JC: Jonas.

Génération des années 390 av. JC à 370 av. JC: Reconstruction du peuple d’Israël.

Génération des années 410 av. JC à 390 av. JC: Ezra.

Génération des années 430 av. JC à 410 av. JC: La loi d’Israël.

Génération des années 450 av. JC à 430 av. JC: Rédemption.

Génération des années 470 av. JC à 450 av. JC: Les murailles de Jérusalem.

Génération des années 490 av. JC à 470 av. JC: Esther.

Génération des années 510 av. JC à 490 av. JC: La biche de l’aurore.

Génération des années 530 av. JC à 510 av. JC: Daniel.

Génération des années 550 av. JC à 530 av. JC: Chute de Babylone.

Génération des années 570 av. JC à 550 av. JC: La clémence après la sanction.

Génération des années 590 av. JC à 570 av. JC: Le char céleste.

Génération des années 610 av. JC à 590 av. JC: Fin de la présence divine.

Génération des années 630 av. JC à 610 av. JC: Redécouverte de l’héritage.

Génération des années 650 av. JC à 630 av. JC: Qui habitera sur ta montagne sainte ?

Génération des années 670 av. JC à 650 av. JC: Dieu prend de la hauteur.

Génération des années 690 av. JC à 670 av. JC: Déclin du royaume de Judée.

Génération des années 710 av. JC à 690 av. JC: Sursis pour le royaume de Judée.

Génération des années 730 av. JC à 710 av. JC: Fin du royaume d’Israël.

Génération des années 750 av. JC à 730 av. JC: Prophéties.

Génération des années 770 av. JC à 750 av. JC : Isaïe

Génération des années 790 av. JC à 770 av. JC: La tentation d’Édom.

Génération des années 810 av. JC  à 790 av. JC: L’arc divin.

Génération des années 830 av. JC  à 810 av. JC: Déclin du Royaume d’Israël.

Génération des années 850 av. JC à 830 av. JC: Élisée.

Génération des années 870 av. JC à 850 av. JC: Lumière et pénombre.

Génération des années 890 av. JC à 870 av. JC: Élie.

Génération des années 910 av. JC à 890 av. JC: L’agitation des nations.

Génération des années 930 av. JC à 910 av. JC: Le déchirement.

 

Paul David

Actualités

Macron, Jérusalem et le en même temps …

Trump, fin 2017, à la veille de Hanoucca a confirmé sa promesse de Campagne vis à vis de Jérusalem: y installer l’ambassade US et déclarer que Jérusalem doit rester indivisible.

Décision courageuse bien à contre-courant de la diplomatie occidentale y compris de celle de notre président, Emmanuel Macron.

Ce dernier était l’invité du dîner annuel du Crif. Le président du Crif, Francis Kalifat, lui a demandé de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, à l’instar de son homologue américain, Donald Trump. Macron a répondu:

« Je l’ai dit à Donald Trump, au moment où de manière unilatérale, il a annoncé la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël, je pense qu’il n’a pas aidé à la résolution du conflit. La reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël et de la Palestine adviendra mais ça doit venir au bon moment du processus. (…) Le président de la République française ne ferait pas son devoir, y compris à votre endroit, s’il se contentait simplement de vous faire plaisir pour une soirée. »

Suivant la vieille habitude de Macron, Jérusalem doit être « en même temps » la capitale d’Israël et de la Palestine. La Palestine, nom que Hadrien a donné à la terre d’Israël pour punir la révolte juive de Bar Khokeba, n’a pourtant aucune justification historique si on l’associe à ce qu’on appelle aujourd’hui les Palestiniens.

Trump est considéré par tous les médias européens comme un « débile mental », pourtant quelque soit le jugement qu’on puisse associer au personnage, force est de constater qu’à ce jour aucune catastrophe ne lui est imputable et que visiblement l’économie américaine est au plus haut et que la Corée du Nord, auparavant incontrôlable est prête, suivant les dernières déclarations, à rencontrer Trump et à renoncer au nucléaire. Aucun des prédécesseurs de Trump n’avait obtenu un tel résultat.

Pour Jérusalem, malgré le QI de chèvre que les européens lui attribuent, Trump a aussi raison. Macron, qui tente de poursuivre la politique pro-arabe de De Gaulle se fourvoie et n’en récoltera aucun avantage comme ses prédécesseurs.

Trump avait déjà déclaré en février 2017 que «La solution à deux États» pour régler le conflit israélo-palestinien n’est pas la seule voie possible pour la paix. Ceci lors d’une très courte conférence de presse conjointe à la Maison Blanche avec le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, avant leur rencontre.

Vouloir imposer un état dit palestinien n’a aucune justification historique. La justification est plutôt idéologique avec pour but d’enrayer la réunification de Jérusalem sous bannière juive; en effet le nouvel état aurait ainsi pour capitale Jérusalem Est.

Pourtant, comme l’histoire l’a montré, seule une souveraineté juive pleine et entière sur Jérusalem y garantit une libre circulation des adeptes – non hostiles – de toutes les religions ainsi que ceux qui ne sont adeptes d’aucune. Cela a été loin d’être le cas lorsque la ville était sous domination chrétienne, musulmane voire romaine, perse ou byzantine.

Le concert des nations aujourd’hui prône une séparation de Jérusalem en deux capitales d’États distincts bien que sachant que l’un de ces états, le « Palestinien », continuera à cultiver la haine de l’autre, la haine du juif. Deux États mais pas de paix …

Les  nations qui préconisent aujourd’hui une Jérusalem divisée en deux avaient auparavant toutes œuvré pour la réunification de Berlin.

Que ce soit pour Berlin ou Belfast, la séparation d’une ville en deux n’a jamais été gage de paix. Il en est de même pour Jérusalem.

La déclaration de Trump est donc bien marquée de sagesse, bien que pour beaucoup « sagesse » et « Trump » ne soient pas une association évidente.

L’histoire montre que  Jérusalem-Est n’a pas de justification théorique.

Au moment[1] de la conquête britannique, en 1917, il n’y a que trois cents familles arabes hors les murs de Jérusalem. Un recensement de 1905 n’en relevait que cent soixante. En 1912, La population totale de Jérusalem comporte 45 000 juifs pour 12 000 musulmans.

photo aérienne de Jérusalem en 1917.

La revendication actuelle de vouloir faire de Jérusalem-Est la capitale d’un hypothétique état Palestinien n’a donc aucun fondement.

Sur le même principe il suffirait de trouver un ensemble d’immeubles dans la banlieue Est de Paris regroupant entre 160 et 300 familles musulmanes pour revendiquer d’ici quelque temps en France la création d’un état musulman avec pour capitale Paris-Est.

Pour appuyer ce projet, une remise en cause de la légitimité de la présence juive sur sa terre est orchestrée par les nations.

Pourtant ceux que l’on nomme Palestiniens ne leurs sont pas plus légitimes …

Les Anglais[2] pendant la Première Guerre s’allient à Abdallah Ibn Hussein pour mener une révolte arabe contre l’Empire ottoman qui était allié alors des Allemands et donc dans le camp ennemi de l’Angleterre.

C’est[2] Lawrence d’Arabie qui est envoyé par les Anglais pour l’assister. Le père d’Abdallah est Hussein, chérif des chérifs et émir de La Mecque, le plus grand potentat d’Arabie, souverain hachémite et descendant direct du prophète.

À la fin[2] de la guerre, les anciennes provinces ottomanes sont redistribuées, Faycal un des fils de Hussein obtient la royauté sur l’Irak, l’autre fils Abdallah chercha à s’octroyer l’Arabie, mais défait par le chef Saoudien, il se rabat et « se contente » de l’actuelle Jordanie, qui n’avait jamais été auparavant un pays ou une région à part. Abdallah s’y installe avec trente officiers et deux cents Bédouins.

La Jordanie est donc déjà issue du partage en deux de la Palestine mandataire de 1920 bien que cette région fût pressentie pour faire partie du foyer Juif. Les Juifs se contentent de la partie à l’Ouest du Jourdain malgré les promesses antérieures des nations.

Il est incompréhensible que les nations aujourd’hui refusent toute légitimité à Israël alors que personne ne conteste celle de la Jordanie qui de toute évidence a été créée artificiellement et a été peuplée par une colonisation réelle et récente.

Pour ce qui est de la population dite palestinienne qui aurait été lésée par l’installation des Juifs: en 1840[3], la Palestine (au sens de région) compte 70 000 habitants dont 10 000 juifs.

La population[4] mondiale est alors d’environ 1,2 milliard d’habitants soit environ 6 fois moins que la population mondiale actuelle (2013).

Ainsi si on fait une projection, la population actuelle de la Palestine, si le sionisme n’avait pas eu lieu devrait comprendre environ 400 000 habitants toutes religions confondues, soit 4 fois (au moins 5 fois si on se restreint à la population musulmane, la population arabe israélienne est estimée à environ 1 600 000 aujourd’hui) moins que la population arabe israélienne actuelle !!

Cela sans inclure la population dite palestinienne de Cisjordanie, de Gaza, de Jordanie et de la « diaspora ».

Si la population palestinienne (suivant la terminologie actuelle) est  aussi nombreuse aujourd’hui cela n’est évidemment dû qu’à des immigrations massives des régions voisines en accompagnement du développement sioniste depuis la fin du XIXe siècle et d’une volonté forte de la contrebalancer à la veille de la seconde guerre mondiale (dès 1930  en « accompagnement » des « Livres Blancs »). Cela est confirmé par les historiens objectifs.

L’immigration musulmane depuis l’empire Ottoman vers ce qui était dénommé Palestine au début du XXe siècle n’a donc rien à envier à l’immigration juive vers Israël depuis les restes de l’Empire Ottoman.

Le monde, en dernier recours, pourrait alors feindre d’accepter l’implantation des Juifs descendants des familles présentes depuis plusieurs siècles sur la terre d’Israël de même que celle issue des déplacements de population au sein de l’ex-empire ottoman pour ne refuser que l’immigration juive en provenance d’Europe.

Cela n’est pas non plus recevable car le Moyen-Orient a intégré sans difficultés de nombreux Européens … musulmans.

Ainsi, Païens[5] convertis au christianisme au XIe siècle, les Circassiens se convertirent à l’Islam au XVIIe siècle sous l’influence des Tatars de Crimée.

Ils furent[6] remis au-devant de l’actualité pendant les JO de Sotchi 2014, lieu où ils vécurent : Après un siècle de résistance à l’impérialisme tsariste, au prix de la vie de 800000 des leurs, les douze tribus circassiennes sont en partie exterminées à Sotchi, par Alexandre II, le 21 mai 1864.

Un million[6] d’entre eux sont alors poussés à l’exode vers l’Empire ottoman, parmi lesquels 200.000 vont mourir de faim, de maladie ou de fatigue.

Les recherches[6] de l’association Circassian World recensent également 100.000 d’entre eux en Jordanie ainsi qu’en Syrie, quelques milliers en Israël, en Libye et au Liban, et d’autres encore en Europe (40.000 environ) et aux États-Unis (au moins 5.000).

En Jordanie[6], les survivants sont arrivés par vagues à partir de 1878. La légende veut qu’ils aient fondé Amman, la capitale, jusqu’alors terre de tribus bédouines – le royaume jordanien n’ayant été institué qu’en 1946.

Ainsi Tel-Aviv est au moins aussi légitime qu’Amman …

Aujourd’hui le monde réclame une partition à « deux États » d’Israël, déjà issu de la partition de la Palestine mandataire, en considérant implicitement illégitime tout juif implanté au Moyen-Orient .

Ce même monde légitime sans la moindre restriction toute présence musulmane dans ces mêmes territoires sans ignorer que celle-ci est elle-même issue d’une forte immigration des régions voisines ainsi que de l’Europe.

La voix discordante de Donald Trump à ce sujet est donc la bienvenue pour éviter que le vingt-et-unième siècle ne soit pas mieux loti que le vingtième en ce qui concerne les rapports avec les Juifs …

Il est dommage que le Président Macron ne le suive pas comme lui a conseiller, Francis Kalifat, le Président du CRIF. Ne pas reconnaître Jérusalem comme capitale indivisible d’Israël est une mauvaise analyse de l’histoire, y compris de l’histoire récente, de cette terre.

 

Paul David.

Actualités

Céline, Jérusalem, le vieil antisémitisme de l’Europe ….

Il y a près de 80 ans, l’Europe procédait à l’élimination de ses Juifs.

A la fin de la guerre, la capitale du Reich, Berlin était divisée. Berlin-Est pour la RDA et Berlin Ouest pour la RFA.

Depuis l’Europe a œuvré pour la réunification de Berlin, ancienne capitale du pouvoir nazi. Aujourd’hui cette même Europe refuse non seulement la réunification de Jérusalem, mais également l’installation d’ambassade dans cette ville. Y compris celle des USA qui pourtant devrait être installée dans la partie ouest de la ville, donc dans une partie dont la souveraineté d’Israël n’est pas contestable.

Cette double volonté de l’Europe concernant Berlin et Jérusalem est dans la continuité de la volonté ancestrale de l’Europe de considérer que les vies juives ont peu de valeur et de la volonté d’enfermer éternellement le Juif dans un statut de paria incompatible avec l’existence d’un État juif.

Même si celui-ci a été reconstruit sur la terre ancestrale des Juifs, une terre quasi déserte au 19ème siècle comme le montrerait toute étude sérieuse.

A ce titre, il est à noter que la volonté de faire de Jérusalem-Est la capitale d’un hypothétique état palestinien ne repose sur aucune base historique: au milieu du 19ème siècle il n’y avait aucun « palestinien » hors les murs de Jérusalem, donc aucun « palestinien » à Jérusalem Est.

De la même façon que la réunification de Berlin est une façon de minimiser la Shoah, l’antisémitisme français d’avant-guerre et qui a accompagné l’occupation est remis au gout du jour sous couvert de liberté d’expression.

Pourtant les deux dernières fois que l’antisémitisme s’est exprimé librement en France c’était avant l’affaire Dreyfus puis avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. Deux fois où la liberté de parole sans contrôle a été catastrophique pour le judaïsme. Il semble bien qu’une troisième période est en train de s’établir…

Après la Shoah, l’antisémitisme était devenu une expression déplacée en France pendant quelques décennies. L’antisionisme plus « convenable » lui était préféré. Mais le temps aidant, l’antisémitisme pur et dur refait surface et pour cela les antisémites notoires d’avant-guerre sont progressivement réhabilités.

Parmi eux, Louis Ferdinand Céline (de son vrai nom Louis Ferdinand Destouches). Céline est un personnage qui s’est fait connaître par son œuvre littéraire mais aussi par son antisémitisme virulent avant la Seconde Guerre mondiale et pendant celle-ci.

À propos de son œuvre antisémite :

À la fin des années 1930[1], alors qu’il est en contact avec Arthur Pfannstiel, un critique d’art et traducteur travaillant pour le Welt-Dienst (service mondial de propagande nazi anti-maçonnique et antisémite), organe auprès duquel il se renseigne, Céline publie deux pamphlets fortement marqués par un antisémitisme virulent : Bagatelles pour un massacre (1937) et L’École des cadavres (1938). Il présente lui-même ces ouvrages ainsi :

  • « Je viens de publier un livre abominablement antisémite, je vous l’envoie. Je suis l’ennemi no1 des juifs. »

Quelques extraits de « L’École des cadavres »[2]

  • « Les juifs, racialement, sont des monstres, des hybrides, des loupés tiraillés qui doivent disparaître. […] Dans l’élevage humain, ce ne sont, tout bluff à part, que bâtards gangréneux, ravageurs, pourrisseurs. Le juif n’a jamais été persécuté par les Aryens. Il s’est persécuté lui-même. Il est le damné des tiraillements de sa viande d’hybride »

Ou encore :

  • « Je me sens très ami d’Hitler, très ami de tous les Allemands, je trouve que ce sont des frères, qu’ils ont bien raison d’être racistes. Ça me ferait énormément de peine si jamais ils étaient battus. Je trouve que nos vrais ennemis ce sont les Juifs et les francs-maçons. Que la guerre c’est la guerre des Juifs et des francs-maçons, que ce n’est pas du tout la nôtre. Que c’est un crime qu’on nous oblige à porter les armes contre des personnes de notre race, qui ne nous demandent rien, que c’est juste pour faire plaisir aux détrousseurs du ghetto. Que c’est la dégringolade au dernier cran de la dégueulasserie »

Sous l’Occupation, Céline, s’il ne signe pas à proprement parler d’articles, envoie des lettres aux journaux collaborationnistes dont certaines sont publiées. Il y fait preuve d’un antisémitisme littéraire violent.

Pour son œuvre littéraire « classique », Il fut boycotté à la Libération par le monde littéraire français. Mais après un court exil et un court bannissement, il est amnistié en 1951 : s’en prendre aux Juifs n’est finalement pas si blâmable. Gallimard assure alors l’édition de ses œuvres « classiques ». Céline décède à Meudon en 1961.

Pour résumer le personnage on peut se référer à la déclaration de Bertrand Delanoë[3] :

  • « Céline est un excellent écrivain mais un parfait salaud. »

En remplaçant écrivain par compositeur on pourrait aisément remplacer Céline par Wagner.

Si l’œuvre littéraire de Céline, comme l’œuvre de Wagner est aujourd’hui reconnue, son côté sombre ne peut être oublié.

Si ni Céline ni Wagner n’ont tué des Juifs de leurs mains, par leur influence indéniable ils ont contribué à banaliser l’antisémitisme et ont justifié par avance la Shoah auprès de nombreux de leurs admirateurs.

Depuis 1985, Fabrice Luchini fait l’éloge de l’écrivain maudit tout en indiquant[4] « J’aime l’œuvre de Céline, pas l’homme ». Il fait de l’œuvre littéraire de Céline l’objet de nombre de ces spectacles et contribue ainsi à en vulgariser l’œuvre et à faire découvrir son œuvre au grand public.

Mais vraisemblablement sans le vouloir, par cette action, Luchini est le vecteur d’un message subliminal dangereux : « Céline est un des plus grands écrivains du vingtième siècle dont l’œuvre a été étouffée par le lobby juif. Écoutez ce que la France a accepté d’ignorer depuis des décennies du fait du complot juif ».

C’est d’ailleurs[5] dans cet esprit qu’a été perçue l’action de Serge Klarsfeld en 2011 qui s’était opposé et avait obtenu que Céline ne soit pas célébrée par la République et qu’il soit retiré du menu des célébrations nationales en 2011.

Si Fabrice Luchini n’avait que des intentions littéraires ce n’est vraisemblablement pas le cas d’Olivier Sauton. Il a intitulé son spectacle « Fabrice Luchini et moi », ce qui derrière l’admiration du comédien cache vraisemblablement plutôt celle de Céline, vraisemblablement plus pour le côté sombre que pour l’œuvre littéraire. C’est en tout cas ce que l’on peut penser avec les tweets révélés de 2012 d’Olivier Sauton, dont[6] :

  • « Je préviens tous mes amis juifs : en cas de déportation, ÉVIDEMMENT je vous mettrais en 1re J’ai trop le respect de vos habitudes »,
  • « J’aime tellement la musique yiddish que si j’avais été gardien à Auschwitz j’aurais épargné les musiciens. C’est l’art qui sauvera les juifs »,

En Europe, après la Shoah, les Juifs pouvaient penser que cet apogée de la haine du Juif sonnerait le glas de l’antisémitisme. Alors que les élites cachaient jusqu’à présent leur antisémitisme derrière un antisionisme bien accepté par tous, aujourd’hui l’antisémitisme s’affiche de plus en plus simplement sans même avoir besoin de s’inventer un peuple « martyrisé » par les Juifs.

Gallimard qui quelques années après-guerre, n’hésitât pas à rééditer les « œuvres classiques » de Céline n’hésite pas aujourd’hui à rééditer ses « œuvres » les plus violemment antisémite alors qu’on ne peut ignorer qu’il y a aujourd’hui un large réceptacle en France pour absorber et adopter ces pamphlets.

Ce combat contre Israël et Jérusalem dans lequel l’Europe et la France sont aux avants-postes associé à la réhabilitation des antisémites d’avant-guerre et de leurs pamphlets antisémites, sans limitation, qui se fait de plus en plus active démontrent bien que l’antisémitisme d’avant-guerre est bien en train de renaître avec l’aval des dirigeants et des élites bien pensantes de la société occidentale.

Les larmes de crocodiles versées après la Shoah par les nations ne sont plus d’actualité.

Les prédictions du psaume 147 sont bien en train de se réaliser…

 

Paul David

Actualités

Jérusalem indivisible et solution à « deux états »

Il semblerait que Trump s’apprête dans les prochains jours à tenir sa promesse de campagne vis à vis de Jérusalem: y installer l’ambassade US et déclarer que Jérusalem doit rester indivisible.

Décision courageuse bien à contre-courant de la diplomatie occidentale y compris de celle de notre président, Emmanuel Macron.

Cela serait de bons augures pour la fête de Hanoukka toute proche.

Ainsi Trump avait déjà déclaré en février dernier que «La solution à deux États» pour régler le conflit israélo-palestinien n’est pas la seule voie possible pour la paix. Ceci lors d’une très courte conférence de presse conjointe à la Maison Blanche avec le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, avant leur rencontre.

Vouloir imposer un état dit palestinien n’a aucune justification historique. La justification est plutôt idéologique avec pour but d’enrayer la réunification de Jérusalem sous bannière juive; en effet le nouvel état aurait ainsi pour capitale Jérusalem Est.

Pourtant, comme l’histoire l’a montré, seule une souveraineté juive pleine et entière sur Jérusalem y garantit une libre circulation des adeptes – non hostiles – de toutes les religions ainsi que ceux qui ne sont adeptes d’aucune. Cela a été loin d’être le cas lorsque la ville était sous domination chrétienne, musulmane voire romaine, perse ou byzantine.

Le concert des nations aujourd’hui prône une séparation de Jérusalem en deux capitales d’États distincts bien que sachant que l’un de ces états, le « Palestinien », continuera à cultiver la haine de l’autre, la haine du juif. Deux États mais pas de paix …

Les  nations qui préconisent aujourd’hui une Jérusalem divisée en deux avaient auparavant toutes œuvré pour la réunification de Berlin.

Que ce soit pour Berlin ou Belfast, la séparation d’une ville en deux n’a jamais été gage de paix. Il en est de même pour Jérusalem.

La déclaration de Trump est donc bien marquée de sagesse, bien que pour beaucoup « sagesse » et « Trump » ne soient pas une association évidente.

L’histoire montre que  Jérusalem-Est n’a pas de justification théorique.

Au moment[1] de la conquête britannique, en 1917, il n’y a que trois cents familles arabes hors les murs de Jérusalem. Un recensement de 1905 n’en relevait que cent soixante. En 1912, La population totale de Jérusalem comporte 45 000 juifs pour 12 000 musulmans.

photo aérienne de Jérusalem en 1917.

La revendication actuelle de vouloir faire de Jérusalem-Est la capitale d’un hypothétique état Palestinien n’a donc aucun fondement.

Sur le même principe il suffirait de trouver un ensemble d’immeubles dans la banlieue Est de Paris regroupant entre 160 et 300 familles musulmanes pour revendiquer d’ici quelque temps en France la création d’un état musulman avec pour capitale Paris-Est.

Pour appuyer ce projet, une remise en cause de la légitimité de la présence juive sur sa terre est orchestrée par les nations.

Pourtant ceux que l’on nomme Palestiniens ne leurs sont pas plus légitimes …

Les Anglais[2] pendant la Première Guerre s’allient à Abdallah Ibn Hussein pour mener une révolte arabe contre l’Empire ottoman qui était allié alors des Allemands et donc dans le camp ennemi de l’Angleterre.

C’est[2] Lawrence d’Arabie qui est envoyé par les Anglais pour l’assister. Le père d’Abdallah est Hussein, chérif des chérifs et émir de La Mecque, le plus grand potentat d’Arabie, souverain hachémite et descendant direct du prophète.

À la fin[2] de la guerre, les anciennes provinces ottomanes sont redistribuées, Faycal un des fils de Hussein obtient la royauté sur l’Irak, l’autre fils Abdallah chercha à s’octroyer l’Arabie, mais défait par le chef Saoudien, il se rabat et « se contente » de l’actuelle Jordanie, qui n’avait jamais été auparavant un pays ou une région à part. Abdallah s’y installe avec trente officiers et deux cents Bédouins.

La Jordanie est donc déjà issue du partage en deux de la Palestine mandataire de 1920 bien que cette région fût pressentie pour faire partie du foyer Juif. Les Juifs se contentent de la partie à l’Ouest du Jourdain malgré les promesses antérieures des nations.

Il est incompréhensible que les nations aujourd’hui refusent toute légitimité à Israël alors que personne ne conteste celle de la Jordanie qui de toute évidence a été créée artificiellement et a été peuplée par une colonisation réelle et récente.

Pour ce qui est de la population dite palestinienne qui aurait été lésée par l’installation des Juifs: en 1840[3], la Palestine (au sens de région) compte 70 000 habitants dont 10 000 juifs.

La population[4] mondiale est alors d’environ 1,2 milliard d’habitants soit environ 6 fois moins que la population mondiale actuelle (2013).

Ainsi si on fait une projection, la population actuelle de la Palestine, si le sionisme n’avait pas eu lieu devrait comprendre environ 400 000 habitants toutes religions confondues, soit 4 fois (au moins 5 fois si on se restreint à la population musulmane, la population arabe israélienne est estimée à environ 1 600 000 aujourd’hui) moins que la population arabe israélienne actuelle !!

Cela sans inclure la population dite palestinienne de Cisjordanie, de Gaza, de Jordanie et de la « diaspora ».

Si la population palestinienne (suivant la terminologie actuelle) est  aussi nombreuse aujourd’hui cela n’est évidemment dû qu’à des immigrations massives des régions voisines en accompagnement du développement sioniste depuis la fin du XIXe siècle et d’une volonté forte de la contrebalancer à la veille de la seconde guerre mondiale (dès 1930  en « accompagnement » des « Livres Blancs »). Cela est confirmé par les historiens objectifs.

L’immigration musulmane depuis l’empire Ottoman vers ce qui était dénommé Palestine au début du XXe siècle n’a donc rien à envier à l’immigration juive vers Israël depuis les restes de l’Empire Ottoman.

Le monde, en dernier recours, pourrait alors feindre d’accepter l’implantation des Juifs descendants des familles présentes depuis plusieurs siècles sur la terre d’Israël de même que celle issue des déplacements de population au sein de l’ex-empire ottoman pour ne refuser que l’immigration juive en provenance d’Europe.

Cela n’est pas non plus recevable car le Moyen-Orient a intégré sans difficultés de nombreux Européens … musulmans.

Ainsi, Païens[5] convertis au christianisme au XIe siècle, les Circassiens se convertirent à l’Islam au XVIIe siècle sous l’influence des Tatars de Crimée.

Ils furent[6] remis au-devant de l’actualité pendant les JO de Sotchi 2014, lieu où ils vécurent : Après un siècle de résistance à l’impérialisme tsariste, au prix de la vie de 800000 des leurs, les douze tribus circassiennes sont en partie exterminées à Sotchi, par Alexandre II, le 21 mai 1864.

Un million[6] d’entre eux sont alors poussés à l’exode vers l’Empire ottoman, parmi lesquels 200.000 vont mourir de faim, de maladie ou de fatigue.

Les recherches[6] de l’association Circassian World recensent également 100.000 d’entre eux en Jordanie ainsi qu’en Syrie, quelques milliers en Israël, en Libye et au Liban, et d’autres encore en Europe (40.000 environ) et aux États-Unis (au moins 5.000).

En Jordanie[6], les survivants sont arrivés par vagues à partir de 1878. La légende veut qu’ils aient fondé Amman, la capitale, jusqu’alors terre de tribus bédouines – le royaume jordanien n’ayant été institué qu’en 1946.

Ainsi Tel-Aviv est au moins aussi légitime qu’Amman …

Aujourd’hui le monde réclame une partition à « deux États » d’Israël, déjà issu de la partition de la Palestine mandataire, en considérant implicitement illégitime tout juif implanté au Moyen-Orient .

Ce même monde légitime sans la moindre restriction  toute présence musulmane dans ces mêmes territoires sans ignorer que celle-ci est elle-même issue d’une forte immigration des régions voisines ainsi que de l’Europe.

La voix discordante de Donald Trump à ce sujet est donc la bienvenue pour éviter que le vingt-et-unième siècle ne soit pas mieux loti que le vingtième en ce qui concerne les rapports avec les Juifs …

 

Paul David.

 

 

[1] Renée Neher-Bernheim : « Jérusalem, trois millénaires d’histoire ». (p. 156 et 168).

[2] D’après : Simon Sebag Montefiore : « Jérusalem ». Chapitre : « Révolte arabe, déclaration Balfour, 1916-1917 » et « Vainqueurs et dépouilles ». (p. 478 à 517)

[3] D’après Renée Neher-Bernheim : « Histoire juive de la Révolution à l’Etat d’Israël ». (p. 361). Il existe d’autres estimations de la population en Palestine avec de grosses variations dans les chiffres. Toutefois quelque soit l’estimation, la terre de Palestine et Jérusalem en particulier, étaient très peu peuplées au milieu du dix neuvième siècle au moment ou l’immigration juive s’intensifia. Il suffit pour cela de se référer aux photos et illustrations de l’époque..

[4] D’après : http://en.wikipedia.org/wiki/World_population_estimates

[5] D’après : http://igor.hagondokoff.perso.sfr.fr/circassien.html

[6] D’après : http://www.slate.fr/sports/82559/tcherkesses-circassiens-sotchi

Actualités

Tueur de Toulouse, poilu ou barbu?

Le 19 mars 2012, la haine antisémite s’abattait une nouvelle fois en France à Toulouse à l’école juive Ozar Hatorah.

Parmi les 4 victimes 3 enfants.

Dans cet article, je ne citerai pas le nom du tueur, car si un devoir de mémoire doit être fait c’est vis-à-vis des victimes que celui-ci est nécessaire. Le tueur, lui, ne le mérite aucunement.

Pourtant c’est ce que font de nombreux intellectuels aujourd’hui essayant de trouver des justifications à l’injustifiable.

Ainsi Libération dans son article du 4 octobre 2017[1] n’hésite pas à diffuser le testament du tueur ainsi que les justifications de ses proches. Les victimes elles, qui ne désiraient que le bien de leur prochain, quelle que soit sa croyance, n’ont évidemment pas le droit à l’analyse du journaliste.

Libération va même jusqu’à comparer le « sacrifice » du tueur à celui d’un poilu de la guerre de 14-18. Le nom de ce poilu, Normalien, est évidemment choisi avec malice puisqu’il se nomme Hertz et avait déclaré pour justifier de se porter volontaire pour les premières lignes : « Comme Juif, comme socialiste, comme sociologue, je devais faire plus »

Cette comparaison, même si dans l’artifice de la thèse et de l’antithèse, est tentée d’être contrebalancée par le journaliste n’est pas admissible.

Quand les poilus combattaient, les ennemis qu’ils essayaient de tuer étaient également armés et avaient également l’intention de les tuer. Les civils n’étaient pas la cible.

De plus, si la propagande guerrière faisait du boche un ennemi, cette haine n’englobait pas sa descendance. Les poilus se sacrifiaient car ils pensaient que la guerre de 14 serait la « der des ders » et que leurs enfants et les enfants de leurs ennemis du jour cohabiteraient dans une Europe en paix.

Cela était l’espérance des guerriers de la Première Guerre mondiale.

La deuxième guerre mondiale n’avait pas le même esprit, au moins dans le camp allemand. Car là, pour les nazis, il s’agissait de tuer l’ennemi, mais également aussi d’assurer à la descendance des vainqueurs de ne pas cohabiter avec la descendance des ennemis désignés.

C’était déjà la volonté des auteurs des pogroms du début du XXe siècle.

L’illustration du Pogrom de Białostock en 1906 par Henryk Nowodorski pourrait quasiment servir d’illustration à un des assassinats du tueur de Toulouse.

Ceci venant confirmer que le tueur de Toulouse au mieux ne peut être comparé qu’aux sbires des armées d’extermination.

Dans les camps nazis, certaines pseudo-expériences médicales consistaient à rendre stérile les femmes en bombardant leurs ovaires par des rayons X. C’est-à-dire que plus que la génération de la Shoah, les nazis voulaient détruire les générations du futur dans l’œuf.

Quand le tueur de Toulouse s’en prend délibérément à une école et vise délibérément des enfants il agit de même, il veut tuer par avance la génération future. Il veut s’assurer que le monde futur sera musulman, sans mécréants, sans juifs.

Le tueur de Toulouse n’a pas agi comme le poilu de la guerre de 14, comme le poilu Hertz, qui combattait en étant persuadé de se sacrifier pour une paix future. Il a agi comme les Einsatzgruppen qui menaient eux une guerre d’extermination où la paix future devait être assurée par la non-survivance des ennemis désignés, leur extinction définitive, l’absence de leur descendance dans le monde futur.

Cette dernière comparaison n’est pas abusive, car de nombreux volontaires musulmans ont formé des divisions SS musulmanes. 1 632 de ces volontaires musulmans sont même rentrés dans les rangs de Einsatzgruppen D[2]. Le tueur de Toulouse en est l’héritier, mais en aucun cas il ne peut revendiquer l’héritage des poilus.

Trouver des excuses au tueur de Toulouse, c’est alors aussi défendre le tueur de Marseille qui vient de tuer deux « mécréantes », Laura et Mauranne, le 1er octobre, 3 jours avant l’article de libération.

Car là encore le tueur a choisi des femmes jeunes et les a tuées avant « qu’elles ne se reproduisent », avant qu’elles « ne polluent » la génération future en donnant naissance à de futurs mécréants.

En Israël aussi, les Kamikazes, quand ils le peuvent préfèrent se faire exploser avec femmes et enfants.

Il serait temps que les Journalistes s’intéressent plus aux victimes qu’à leurs tueurs.

La vision du futur du tueur de Toulouse n’a aucun intérêt.

Celle des victimes est de loin préférable. Si malheureusement elles n’ont pu l’exprimer, on peut penser que leur vision du monde futur est à rapprocher de celle laissée par Anne Frank.

Un futur de cohabitation sans haine.

 

Paul David.

 

[1] http://www.liberation.fr/france/2017/10/04/du-poilu-hertz-a-merah-une-radicalisation-en-famille_1600978

[2] http://147thgeneration.net/index.php/2016/12/01/islam-et-nazisme-3-divisions-ss-et-einsatzgruppen/

Actualités

Kippour 5778

 

Bon jeun de Kippour à chacun.

La liturgie de Kippour comme la liturgie de chacune des fêtes juives ainsi que les prières quotidiennes incluent de nombreux psaumes de David.

La liturgie chrétienne inclut également ces mêmes psaumes. Le Coran considère les psaumes de David comme sacrés.

Mais derrière les psaumes, David a en fait décrit l’histoire du peuple Juif depuis la mort de Salomon jusqu’à nos jours (et un peu après …).

Trois millénaires de l’aventure du peuple Juif dans tous les domaines y compris spirituel ont été ainsi décrits il y a de cela plus de trois mille ans avant que cette histoire ait commencé. Chaque psaume résume une génration de vingt ans, le psaume 1 la première génération après la mort de Salomon, le psaume 2, la deuxième génération et ainsi de suite jusqu’à la présente génération (2010-2030), la 147ème génération racontée par avance dans le psaume 147.

La comparaison de ces psaumes avec la génération à laquelle est associée le psaume est effectuée sur mon site (www.147thgeneration.net).

(sur ce qui suit, le texte souligné est un lien dynamique avec la page correspondante du site accessible par « clic » )

Vous pourrez ainsi savoir ce que pense le roi David de (entre autres):

Paul David

Actualités

Shana Tova, 5778 l’année de l’aliyah …

La Corée du Nord déclare pouvoir anéantir les USA, le Japon la Corée du Sud et éventuellement Israël,

Les USA déclarent à l’ONU pouvoir anéantir la Corée du Nord.

L’Iran déclare pouvoir anéantir Israël.

Daesh regrette de ne pas avoir un puissant arsenal nucléaire pour anéantir le monde.

Donc 5778 s’annoncent sous de bons augures …

Mais pour les Juifs d’Europe, le danger est peut-être bien ailleurs que dans ces déclarations belliqueuses qui agrémentent cette fin d’année 5777.

En effet l’année 5778 se terminera le 9 septembre 2018 soit exactement 2 mois avant les 80 ans de la commémoration de la nuit de Cristal qui a eu lieu dans la nuit du 9 au 10 novembre 1938. Cette nuit de cristal est le premier événement nazi réellement sanglant et destructeur contre les Juifs, peut-être le premier acte pouvant être associé à la Shoah. Premier acte envers les Juifs que le monde a laissé faire faisant comprendre ainsi à Hitler qu’il avait les mains libres pour appliquer sa solution finale.

Sur mon site, j’explique que la punition divine intervient 80 ans après les faits si les descendants des fautifs continuent sur la voie de leur père. Ainsi lorsque Pharaon tue les premiers nés, Moïse vient de naître et il échappe au massacre. 80 ans après exactement, Moïse vient annoncer les dix plaies à l’Égypte qui n’a cessé de s’en prendre aux Juifs. Je cite d’autres exemples sur mon site comme l’extension des Capétiens et la destruction de l’Invincible armada.

Sur mon site, j’explique que les psaumes racontent d’avance 3 millénaires de vie juive, un psaume par génération de vingt ans.

La génération actuelle (2010-2030) est ainsi associée au psaume 147.

Ce psaume 147 décrit bien la reconstruction de Jérusalem telle qu’elle a lieu en ce moment ainsi que le retour des derniers débris d’Israël.

Le psaume 147 indique aussi que cette génération est celle où le monde va payer pour la Shoah. Et apparemment, malgré le réchauffement climatique, c’est une glaciation de l’Europe qui est prévu, au moins la partie de l’Europe impliquée dans la Shoah. Cela inclut peut-être une partie de l’Amérique du Nord qui n’a pas eu une position claire pendant la Seconde Guerre mondiale à l’encontre de l’extermination des Juifs d’Europe.

Ainsi, si ces prédictions s’avèrent justes, mettez à profit cette année 5778 pour faire votre aliyah afin que les derniers débris d’Israël retrouvent leur terre.

Pour accéder aux prévisions du psaume associé à notre génération, activer le lien ci-dessous:

Génération des années 2010 à 2030 : La glaciation.

Pour accéder aux autres psaumes et aux générations associées, activer les liens ci-dessous:

Génération des années 1990 à 2010: Les guerres asymétriques.

Génération des années 1970 à 1990: Les Refuzniks.

Génération des années 1950 à 1970: Tsahal.

Génération des années 1930 à 1950: La bête immonde.

Génération des années 1910 à 1930: La Déflagration.

Génération des années 1890 à 1910: Dreyfus.

Génération des années 1870 à 1890: Le IIe Reich.

Génération des années 1850 à 1870: Darwin.

Génération des années 1830 à 1850: Renaissance de Jérusalem, ville juive.

Génération des années 1810 à 1830: Lorelei.

Génération des années 1790 à 1810: L’émancipation.

Génération des années 1770 à 1790: Mendelssohn.

Génération des années 1750 à 1770: Les francs-maçons.

Génération des années 1730 à 1750: Les lumières.

Génération des années 1710 à 1730: Les pleurs de Rachel.

Génération des années 1690 à 1710: Les Hofjuden.

Génération des années 1670 à 1690: Spinoza.

Génération des années 1650 à 1670: Le déluge.

Génération des années 1630 à 1650: Goûte le bonheur de Jérusalem.

Génération des années 1610 à 1630: Le réveil des cryptojuifs.

Génération des années 1590 à 1610: Amsterdam.

Génération des années 1570 à 1590: L’invincible Armada.

Génération des années 1550 à 1570: La pureté de sang.

Génération des années 1530 à 1550: Safed.

Génération des années 1510 à 1530: Soleïman Le Magnifique.

Génération des années 1490 à 1510: La fin de Séfarad.

Génération des années 1470 à 1490: L’Inquisition.

Génération des années 1430 à 1470: La chute de Constantinople.

Génération des années 1410 à 1430: Tortosa.

Génération des années 1390 à 1410: Les marranes.

Génération des années 1370 à 1390: Tentations.

Génération des années 1350 à 1370: Samuel Halevi.

Génération des années 1330 à 1350: La Peste noire.

Génération des années 1310 à 1330: Les Pastoureaux.

Génération des années 1290 à 1310: Cabale.

Génération des années 1270 à 1290: Le Zohar.

Génération des années 1250 à 1270: Nahmanide.

Génération des années 1230 à 1250: Le brûlement du Talmud.

Génération des années 1210 à 1230: Gengis Khan.

Génération des années 1190 à 1210: Le Guide des égarés.

Génération des années 1170 à 1190: Maïmonide.

Génération des années 1150 à 1170: Ibn Ezra.

Génération des années 1130 à 1150: Le Bahir.

Génération des années 1110 à 1130: Le Kuzari.

Génération des années 1090 à 1110: La première croisade.

Génération des années 1070 à 1090: Le temps des synagogues.

Génération des années 1050 à 1070: Rachi.

Génération des années 1030 à 1050: Europe.

Génération des années 1010 à 1030: Déclin du monde méditerranéen.

Génération des années 990 à 1010: La lumière de l’exil.

Génération des années 970 à 990: Chanter un cantique nouveau.

Génération des années 950 à 970: Hasdaï Ibn Shaprut.

Génération des années 930 à 950: Saadia Gaon.

Génération des années 910 à 930: Les Khazars.

Génération des années 890 à 910: Les Karaïtes.

Génération des années 870 à 890: L’oiseleur.

Génération des années 850 à 870: Réponse.

Génération des années 830 à 850: Bilan.

Génération des années 810 à 830: Agobard.

Génération des années 790 à 810: Charlemagne.

Génération des années 770 à 790: Les Omeyyades de Cordoue.

Génération des années 750 à 770: Monde nouveau.

Génération des années 730 à 750: À travers la vallée des larmes.

Génération des années 710 à 730: Al Aqsa.

Génération des années 690 à 710: Les Wisigoths.

Génération des années 670 à 690: Le feu grégeois.

Génération des années 650 à 670: Aïcha.

Génération des années 630 à 650: La conquête arabe.

Génération des années 610 à 630: L’Hégire.

Génération des années 590 à 610: Mahomet.

Génération des années 570 à 590: Khaibar.

Génération des années 550 à 570: Les cornes de l’autel.

Génération des années 530 à 550: Sainte Sophie.

Génération des années 510 à 530: Dsou-Nowas.

Génération des années 490 à 510: Fin de l’Empire romain.

Génération des années 470 à 490: Talmud de Babylone.

Génération des années 450 à 470: Le sac de Rome.

Génération des années 430 à 450: Les Juifs parias.

Génération des années 410 à 430: La Ka’ba.

Génération des années 390 à 410: La Vulgate.

Génération des années 370 à 390: Recul du paganisme.

Génération des années 350 à 370: Julien.

Génération des années 330 à 350: Constantinople.

Génération des années 310 à 330: Constantin.

Génération des années 290 à 310: La scission de l’Empire romain.

Génération des années 270 à 290: Poumbédita.

Génération des années 250 à 270: Nehardea.

Génération des années 230 à 250: Gestation de l’Europe.

Génération des années 210 à 230: Les Sassanides.

Génération des années 190 à 210: Michna.

Génération des années 170 à 190: Fondements du christianisme.

Génération des années 150 à 170: Édom.

Génération des années 130 à 150: Bar Kokhba.

Génération des années 110 à 130: Alexandrie.

Génération des années 90 à 110: Les Évangiles.

Génération des années 70 à 90: Yabné.

Génération des années 50 à 70: Prières en Guise de sacrifices.

Génération des années 30 à 50: Le sage meurt aussi.

Génération des années 10 à 30: Jérusalem universelle.

Génération des années 10 av. JC à 10 ap. JC: Jésus, pour les nations.

Génération des années 30 av. JC à 10 av. JC: La terre tremble.

Génération des années 50 av. JC à 30 av. JC: Hérode.

Génération des années 70 av. JC à 50 av. JC: Sous le signe d’Esaü.

Génération des années 90 av. JC à 70 av. JC: Revenir auprès de l’autel.

Génération des années 110 av. JC à 90 av. JC: Alexandre Jannée.

Génération des années 130 av. JC à 110 av. JC: Jean Hyrcan.

Génération des années 150 av JC à 130 av. JC: Maccabées.

Génération des années 170 av JC à 150 av. JC: Hanouccah.

Génération des années 190 av. JC à 170 av. JC: Antiochus Épiphane.

Génération des années 210 av. JC à 190 av. JC: Le méchant ne l’emportera pas.

Génération des années 230 av. JC à 210 av. JC : L’hippodrome.

Génération des années 250 av. JC à 230 av. JC : Calme trompeur.

Génération des années 270 av. JC à 250 av. JC: Ouverture aux nations.

Génération des années 290 av. JC à 270 av. JC: La Septante.

Génération des années 310 av. JC à 290 av. JC: Les Lagides.

Génération des années 330 av. JC à 310 av. JC: L’empreinte d’Ésaü.

Génération des années 350 av. JC à 330 av. JC: Alexandre.

Génération des années 370 av. JC à 350 av. JC: Jonas.

Génération des années 390 av. JC à 370 av. JC: Reconstruction du peuple d’Israël.

Génération des années 410 av. JC à 390 av. JC: Ezra.

Génération des années 430 av. JC à 410 av. JC: La loi d’Israël.

Génération des années 450 av. JC à 430 av. JC: Rédemption.

Génération des années 470 av. JC à 450 av. JC: Les murailles de Jérusalem.

Génération des années 490 av. JC à 470 av. JC: Esther.

Génération des années 510 av. JC à 490 av. JC: La biche de l’aurore.

Génération des années 530 av. JC à 510 av. JC: Daniel.

Génération des années 550 av. JC à 530 av. JC: Chute de Babylone.

Génération des années 570 av. JC à 550 av. JC: La clémence après la sanction.

Génération des années 590 av. JC à 570 av. JC: Le char céleste.

Génération des années 610 av. JC à 590 av. JC: Fin de la présence divine.

Génération des années 630 av. JC à 610 av. JC: Redécouverte de l’héritage.

Génération des années 650 av. JC à 630 av. JC: Qui habitera sur ta montagne sainte ?

Génération des années 670 av. JC à 650 av. JC: Dieu prend de la hauteur.

Génération des années 690 av. JC à 670 av. JC: Déclin du royaume de Judée.

Génération des années 710 av. JC à 690 av. JC: Sursis pour le royaume de Judée.

Génération des années 730 av. JC à 710 av. JC: Fin du royaume d’Israël.

Génération des années 750 av. JC à 730 av. JC: Prophéties.

Génération des années 770 av. JC à 750 av. JC : Isaïe

Génération des années 790 av. JC à 770 av. JC: La tentation d’Édom.

Génération des années 810 av. JC  à 790 av. JC: L’arc divin.

Génération des années 830 av. JC  à 810 av. JC: Déclin du Royaume d’Israël.

Génération des années 850 av. JC à 830 av. JC: Élisée.

Génération des années 870 av. JC à 850 av. JC: Lumière et pénombre.

Génération des années 890 av. JC à 870 av. JC: Élie.

Génération des années 910 av. JC à 890 av. JC: L’agitation des nations.

Génération des années 930 av. JC à 910 av. JC: Le déchirement.

 

Paul David

 

Paul David.