Mois : février 2017

Actualités

3 millénaires de vie juive

Pour tout connaître des événements historiques, culturels ou sociétaux qui ont affecté le parcours des juifs et du judaïsme depuis 3 000 ans, rendez-vous sur mon site. J’y décris les 147 générations de 20 ans qui se sont succédé depuis 930 avant JC jusqu’à nos jours (jusqu’en 2030) en me basant sur un très grand nombre d’ouvrages religieux ou historiques.

Le fil conducteur sont les psaumes de David, car je démontre que ces psaumes racontent par avance toutes ces générations, un psaume pour une génération de 20 ans dans l’ordre des psaumes.

Toutefois, si cela est en contradiction avec votre rationalisme, vous pourrez quand même utiliser mon site uniquement pour savoir quels sont les événements qui ont marqué la vie juive à telle ou telle génération.

(pour juger rapidement de la correspondance avec les psaumes, vous pouvez consulter la page à propos en cliquant sur le présent texte)

Sur mon site le menu principal (voir aide) permet d’accéder rapidement à chaque génération, mais je les rappelle ci-dessous (par ordre chronologique inversé):

(il vous suffit de cliquer sur la ligne correspondante pour atteindre la page relative à la génération sélectionnée)

Génération des années 2010 à 2030 : La glaciation.

Génération des années 1990 à 2010: Les guerres asymétriques.

Génération des années 1970 à 1990: Les Refuzniks.

Génération des années 1950 à 1970: Tsahal.

Génération des années 1930 à 1950: La bête immonde.

Génération des années 1910 à 1930: La Déflagration.

Génération des années 1890 à 1910: Dreyfus.

Génération des années 1870 à 1890: Le IIe Reich.

Génération des années 1850 à 1870: Darwin.

Génération des années 1830 à 1850: Renaissance de Jérusalem, ville juive.

Génération des années 1810 à 1830: Lorelei.

Génération des années 1790 à 1810: L’émancipation.

Génération des années 1770 à 1790: Mendelssohn.

Génération des années 1750 à 1770: Les francs-maçons.

Génération des années 1730 à 1750: Les lumières.

Génération des années 1710 à 1730: Les pleurs de Rachel.

Génération des années 1690 à 1710: Les Hofjuden.

Génération des années 1670 à 1690: Spinoza.

Génération des années 1650 à 1670: Le déluge.

Génération des années 1630 à 1650: Goûte le bonheur de Jérusalem.

Génération des années 1610 à 1630: Le réveil des cryptojuifs.

Génération des années 1590 à 1610: Amsterdam.

Génération des années 1570 à 1590: L’invincible Armada.

Génération des années 1550 à 1570: La pureté de sang.

Génération des années 1530 à 1550: Safed.

Génération des années 1510 à 1530: Soleïman Le Magnifique.

Génération des années 1490 à 1510: La fin de Séfarad.

Génération des années 1470 à 1490: L’Inquisition.

Génération des années 1430 à 1470: La chute de Constantinople.

Génération des années 1410 à 1430: Tortosa.

Génération des années 1390 à 1410: Les marranes.

Génération des années 1370 à 1390: Tentations.

Génération des années 1350 à 1370: Samuel Halevi.

Génération des années 1330 à 1350: La Peste noire.

Génération des années 1310 à 1330: Les Pastoureaux.

Génération des années 1290 à 1310: Cabale.

Génération des années 1270 à 1290: Le Zohar.

Génération des années 1250 à 1270: Nahmanide.

Génération des années 1230 à 1250: Le brûlement du Talmud.

Génération des années 1210 à 1230: Gengis Khan.

Génération des années 1190 à 1210: Le Guide des égarés.

Génération des années 1170 à 1190: Maïmonide.

Génération des années 1150 à 1170: Ibn Ezra.

Génération des années 1130 à 1150: Le Bahir.

Génération des années 1110 à 1130: Le Kuzari.

Génération des années 1090 à 1110: La première croisade.

Génération des années 1070 à 1090: Le temps des synagogues.

Génération des années 1050 à 1070: Rachi.

Génération des années 1030 à 1050: Europe.

Génération des années 1010 à 1030: Déclin du monde méditerranéen.

Génération des années 990 à 1010: La lumière de l’exil.

Génération des années 970 à 990: Chanter un cantique nouveau.

Génération des années 950 à 970: Hasdaï Ibn Shaprut.

Génération des années 930 à 950: Saadia Gaon.

Génération des années 910 à 930: Les Khazars.

Génération des années 890 à 910: Les Karaïtes.

Génération des années 870 à 890: L’oiseleur.

Génération des années 850 à 870: Réponse.

Génération des années 830 à 850: Bilan.

Génération des années 810 à 830: Agobard.

Génération des années 790 à 810: Charlemagne.

Génération des années 770 à 790: Les Omeyyades de Cordoue.

Génération des années 750 à 770: Monde nouveau.

Génération des années 730 à 750: À travers la vallée des larmes.

Génération des années 710 à 730: Al Aqsa.

Génération des années 690 à 710: Les Wisigoths.

Génération des années 670 à 690: Le feu grégeois.

Génération des années 650 à 670: Aïcha.

Génération des années 630 à 650: La conquête arabe.

Génération des années 610 à 630: L’Hégire.

Génération des années 590 à 610: Mahomet.

Génération des années 570 à 590: Khaibar.

Génération des années 550 à 570: Les cornes de l’autel.

Génération des années 530 à 550: Sainte Sophie.

Génération des années 510 à 530: Dsou-Nowas.

Génération des années 490 à 510: Fin de l’Empire romain.

Génération des années 470 à 490: Talmud de Babylone.

Génération des années 450 à 470: Le sac de Rome.

Génération des années 430 à 450: Les Juifs parias.

Génération des années 410 à 430: La Ka’ba.

Génération des années 390 à 410: La Vulgate.

Génération des années 370 à 390: Recul du paganisme.

Génération des années 350 à 370: Julien.

Génération des années 330 à 350: Constantinople.

Génération des années 310 à 330: Constantin.

Génération des années 290 à 310: La scission de l’Empire romain.

Génération des années 270 à 290: Poumbédita.

Génération des années 250 à 270: Nehardea.

Génération des années 230 à 250: Gestation de l’Europe.

Génération des années 210 à 230: Les Sassanides.

Génération des années 190 à 210: Michna.

Génération des années 170 à 190: Fondements du christianisme.

Génération des années 150 à 170: Édom.

Génération des années 130 à 150: Bar Kokhba.

Génération des années 110 à 130: Alexandrie.

Génération des années 90 à 110: Les Évangiles.

Génération des années 70 à 90: Yabné.

Génération des années 50 à 70: Prières en Guise de sacrifices.

Génération des années 30 à 50: Le sage meurt aussi.

Génération des années 10 à 30: Jérusalem universelle.

Génération des années 10 av. JC à 10 ap. JC: Jésus, pour les nations.

Génération des années 30 av. JC à 10 av. JC: La terre tremble.

Génération des années 50 av. JC à 30 av. JC: Hérode.

Génération des années 70 av. JC à 50 av. JC: Sous le signe d’Esaü.

Génération des années 90 av. JC à 70 av. JC: Revenir auprès de l’autel.

Génération des années 110 av. JC à 90 av. JC: Alexandre Jannée.

Génération des années 130 av. JC à 110 av. JC: Jean Hyrcan.

Génération des années 150 av JC à 130 av. JC: Maccabées.

Génération des années 170 av JC à 150 av. JC: Hanouccah.

Génération des années 190 av. JC à 170 av. JC: Antiochus Épiphane.

Génération des années 210 av. JC à 190 av. JC: Le méchant ne l’emportera pas.

Génération des années 230 av. JC à 210 av. JC : L’hippodrome.

Génération des années 250 av. JC à 230 av. JC : Calme trompeur.

Génération des années 270 av. JC à 250 av. JC: Ouverture aux nations.

Génération des années 290 av. JC à 270 av. JC: La Septante.

Génération des années 310 av. JC à 290 av. JC: Les Lagides.

Génération des années 330 av. JC à 310 av. JC: L’empreinte d’Ésaü.

Génération des années 350 av. JC à 330 av. JC: Alexandre.

Génération des années 370 av. JC à 350 av. JC: Jonas.

Génération des années 390 av. JC à 370 av. JC: Reconstruction du peuple d’Israël.

Génération des années 410 av. JC à 390 av. JC: Ezra.

Génération des années 430 av. JC à 410 av. JC: La loi d’Israël.

Génération des années 450 av. JC à 430 av. JC: Rédemption.

Génération des années 470 av. JC à 450 av. JC: Les murailles de Jérusalem.

Génération des années 490 av. JC à 470 av. JC: Esther.

Génération des années 510 av. JC à 490 av. JC: La biche de l’aurore.

Génération des années 530 av. JC à 510 av. JC: Daniel.

Génération des années 550 av. JC à 530 av. JC: Chute de Babylone.

Génération des années 570 av. JC à 550 av. JC: La clémence après la sanction.

Génération des années 590 av. JC à 570 av. JC: Le char céleste.

Génération des années 610 av. JC à 590 av. JC: Fin de la présence divine.

Génération des années 630 av. JC à 610 av. JC: Redécouverte de l’héritage.

Génération des années 650 av. JC à 630 av. JC: Qui habitera sur ta montagne sainte ?

Génération des années 670 av. JC à 650 av. JC: Dieu prend de la hauteur.

Génération des années 690 av. JC à 670 av. JC: Déclin du royaume de Judée.

Génération des années 710 av. JC à 690 av. JC: Sursis pour le royaume de Judée.

Génération des années 730 av. JC à 710 av. JC: Fin du royaume d’Israël.

Génération des années 750 av. JC à 730 av. JC: Prophéties.

Génération des années 770 av. JC à 750 av. JC : Isaïe

Génération des années 790 av. JC à 770 av. JC: La tentation d’Édom.

Génération des années 810 av. JC  à 790 av. JC: L’arc divin.

Génération des années 830 av. JC  à 810 av. JC: Déclin du Royaume d’Israël.

Génération des années 850 av. JC à 830 av. JC: Élisée.

Génération des années 870 av. JC à 850 av. JC: Lumière et pénombre.

Génération des années 890 av. JC à 870 av. JC: Élie.

Génération des années 910 av. JC à 890 av. JC: L’agitation des nations.

Génération des années 930 av. JC à 910 av. JC: Le déchirement.

 

Paul David

Actualités

Présidentielle à tours inversés …

Classiquement le 1er tour de la Présidentielle était un tour de chauffe pour laisser s’exprimer la pluralité des candidats, l’élection se jouant réellement au deuxième tour entre le candidat désigné de la droite et celui de la gauche.

L’élection de 2002 a dérogé à la règle puisque Jean Marie le Pen a dérobé la place du candidat de la gauche, Lionel Jospin, éliminé dès le premier tour. La leçon a été retenue, puisque aux élections de 2007 et de 2012, le deuxième tour est redevenu celui de l’affrontement gauche-droite traditionnel.

Pour l’élection de 2017, même en l’absence de couac, tous les sondages prévoient que Marine le Pen sera au deuxième tour des élections avec de fortes probabilités qu’elle soit en tête au premier tour.

Il est vraisemblable que comme en 2002, le « sursaut citoyen » empêchera Marine le Pen d’être élue à la Présidence de la République. Son adversaire du second tour sera vraisemblablement le futur président de la République Française.

Ce qui signifie que le candidat qui se positionnera en deuxième position au premier tour des élections sera élu président et que donc le Président de la République sera de fait désigné au premier tour et non au second : inversement des tours

D’où une fébrilité certaine pour les possibles deuxièmes qui sont à ce jour (dans l’ordre des derniers sondages) : Emmanuel Macron, François Fillon et Benoît Hamon. Il ne semble pas à ce jour que les autres candidats puissent obtenir cette seconde place convoitée.

Ainsi même pour cette deuxième place le duel traditionnel « gauche-droite » est troublé par un quatrième candidat ne se réclamant ni de gauche ni de droite : Emmanuel Macron.

Les derniers sondages le place en deuxième derrière Marine le Pen, le candidat de droite étant affaibli par le « Pénélope Gate ». Le candidat de gauche, Benoît Hamon, qui a longtemps mené la fronde contre le gouvernement de Hollande, peine à rassembler.

Quel rôle a la communauté juive dans cette élection ?

Visiblement aucune.

La communauté juive compte au plus 500 000 membres soit environ 335 000 électeurs potentiels et environ 265 000 qui iront voter.

Comme aux États-Unis, la plupart des représentants de la communauté juive votent en fonction de leurs convictions personnelles : un juif de gauche votre pour le candidat de gauche, un juif de droite vote pour le candidat de droite.

Ceux qui votent en fonction des orientations du candidat envers les Juifs ou Israël sont minoritaires et ne devraient pas excéder 10 % de l’électorat (estimation personnelle) soit environ 25 000 voies. Ce qui est négligeable et qui n’influencera pas les candidats dans leurs déclarations.

Si la communauté Juive est hors-jeu, ce n’est pas le cas des autres communautés en particulier de la communauté musulmane qui est visiblement bien plus courtisée par les candidats à la présidentielle.

Ainsi déjà Benoît Hamon, n’a jamais caché sa position à ce sujet comme le reflète Le Canard Enchainé du 20 novembre 2014[1] : « Benoît Hamon aurait déclaré concernant le vote pour la reconnaissance de l’État Palestinien qu’« il s’agit du meilleur moyen pour récupérer notre électorat des banlieues et des quartiers, qui n’a pas compris la première prise de position pro-israélienne de Hollande ».

C’est visiblement pour récupérer le même électorat que Emmanuel Macron s’est rendu en Algérie et n’a pas hésité à condamner dans des termes inhabituels, le 15 février, la colonisation française, qui dura cent trente-deux ans en Algérie :

  • « La colonisation fait partie de l’histoire française, a déclaré le candidat d’ « En marche » ! C’est un crime, un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie. Et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face, en présentant nos excuses à l’égard de ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes. »

Nous ne relancerons pas le débat sur la colonisation française en Algérie, elle n’a sûrement pas été parfaite.

Elle a eu le mérite d’abroger le statut de dhimmi, statut de sous-hommes, auxquels étaient soumis les Juifs autochtones dans le Maghreb. C’était aussi le cas en Tunisie (voir affaire Bato Sfez exécuté pour blasphème en 1856).

Si la colonisation n’a pas été parfaite, son arrêt, l’indépendance, ne l’a pas été non plus : le FLN a décrété, en 1963, qu’il fallait avoir un père et des grands-parents paternels de statut personnel musulman pour être algérien. Ce qui signifiait d’emblée qu’il n’y avait pas de place pour les non-musulmans en Algérie, que ce soient les Juifs qui y étaient établis depuis plus de deux mille ans ou les pieds-noirs depuis près de 130 ans, même pour ceux qui avaient combattu la France aux côtés du FLN.

La population de l’Algérie est aujourd’hui (chiffrage 2011) à 98 %[2] musulmane.

Rappelons également que les Maghrébins actuels qui se plaignent de la colonisation française sont les descendants de ceux qui ont colonisé le Maghreb aux dépens des Berbères et qui ont colonisé l’Espagne pendant près de huit siècles.

En tout état de cause, le terme de « crime contre l’humanité » ne peut s’appliquer à la colonisation française en Algérie.

Ce terme a été créé pour qualifier le crime commis contre les Juifs lors de la Shoah, toute récupération de ce terme est la voie toute désignée vers le négationnisme.

Ainsi de même que pour satisfaire la volonté d’une grande partie de la communauté musulmane en France, la Shoah est de moins en moins enseignée en France, il ne faudrait pas que pour de simples visées électoralistes, les candidats à la Présidentielle vendent leur âme.

Le candidat qui sera élu président devra l’être pour son programme et non pour son adhésion à certains communautarismes ambiants.

Il est temps donc que Monsieur Macron travaille sur son programme…

 

Paul David

 

[1] Rappelé dans de nombreux médias, dont : http://www.europe-israel.org/2014/11/vote-etat-palestinien-selon-le-canard-enchaine-benoit-hamon-est-un-menteur/

[2] http://fr.wikipedia.org/wiki/Nombre_de_musulmans_par_pays

 

Actualités

Tou Bichvat, la renaissance méritée mais combattue de la Terre d’Israël.

Tou Bichvat, littéralement le 15 (« Tou » pour 15 par association des lettres hébraïques teth et vav de valeurs respectives 9 et 6) du mois de Shevat est le jour choisi pour fêter le nouvel an des arbres.

Cette année cela correspond au 11 février 2017.

Cette fête n’est pas instituée par la Torah mais découle de nombreux préceptes édictés dans celle-ci à propos du respect des arbres et particulièrement en terre d’Israël.

Lors[1] de la période du second Temple, un nouvel an des arbres était déjà instauré, pas en tant que fête, mais uniquement pour pouvoir comptabiliser les fruits soumis à la dîme. La date retenue aujourd’hui (15 Shevat) correspond au nouvel an défini par l’école de Hillel qui diffère légèrement de celle définie par Shammaï (1er Shevat).

À toutes les générations, les Juifs sont toujours restés fidèles à leur terre et ont sans cesse tenté d’y retourner quel que soit le risque encouru.

Cette immigration juive s’est accrue au XVIe siècle du fait de la souveraineté Ottomane nouvelle et de l’arrivée de nombreux exilés espagnols.

Ces derniers avec l’appui des cabalistes de Safed vont sanctifier la terre retrouvée et son renouveau. C’est ainsi que le 15 Shevat, qui n’était qu’une fête « technique » devient le nouvel an des arbres et en particulier des arbres fruitiers.

Fête qui prend toute son importance avec le sionisme, symbolisant plus encore les retrouvailles des Juifs et de leur terre.

En effet, depuis l’exil des Juifs depuis la destruction du second Temple, aucun peuple n’a pu y prendre réellement pied, la terre se refusant à tous ses occupants provisoires et réservant son opulence au peuple Juif.

Dans un précédent article, j’avais évoqué l’immigration des Circassiens vers l’Empire Ottoman pour démontrer que les Juifs européens n’avaient pas été les seuls à émigrer vers l’orient.

Ce peuple musulman a trouvé principalement refuge en Jordanie mais a aussi tenté de s’implanter en terre d’Israël démontrant que cette terre était bien déserte au XIXe siècle et que le sionisme n’a pas eu besoin de déloger des populations indigènes pour en prendre la place.

Site de village circassien établi en 1860, abandonné en raison du paludisme.

Les Circassiens d’Israël[2], musulmans, parfaitement bien intégrés en Israël, se partagent aujourd’hui en deux villages avec un total de 3 500 membres.

Ils durent affronter la malaria (paludisme) et abandonnèrent d’autres villages qu’ils avaient tenté de créer.

Un des premiers buts du sionisme a été de sceller à nouveau le mariage des Juifs avec leur Terre. Charles Netter[3] prend l’initiative de créer une école dédiée à l’agriculture dès 1870, l’école Mikvé Israël.

Mais pour les émigrants en terre promise, comme pour les Circassiens, , les ennemis ne sont pas les habitants de cette terre.

Les Juifs s’installent en effet dans des terres désertées et incultes avec pour seuls ennemis les moustiques.

Ainsi la terre d’Israël se mérite et a son prix. Les Juifs qui viennent défricher les terres incultes d’Eretz Israël le découvrent à leurs dépens mais arrivent à leurs fins :

  • Quelques[4] juifs de Jérusalem gagnés aux idées de Charles Netter sur la nécessité d’un renouveau agricole en sont à l’origine. […] Dans le livre de Josué (VII, 26), la vallée proche de Jéricho est appelée Emek Akhor (Vallée du malheur), et dans le prophète Osée on lit (II, 17) : « la vallée du malheur deviendra la Porte de l’espérance, Pétah Tikva ». (…) Le petit groupe (autour de Joël Moïse Salomon) ne renonce pas au projet d’un établissement agricole, et jette son dévolu sur une région qui semble fertile, dans la plaine côtière près du Yarkon. Ils savent que la Malaria les y guette, mais ils espèrent y échapper. Ils s’y installent en 1878 et restent fidèles au nom de Pétah Tikva, qui est ainsi la première tentative agricole juive moderne en Erets Israël. Mais la malaria sévit avec force. Les soixante-six habitants de Pétah Tikva ne peuvent résister plus longtemps. En 1882, c’est l’éclatement du groupe. Un seul habitant, tenace, maintient tout seul Pétah Tikva. L’année suivante, des jeunes de la première alya agricole le rejoignent. La malaria sévit à nouveau. Mais cette fois, ils obtiennent l’aide financière d’Edmond de Rothschild, ce qui leur permet d’assécher les marais environnants. La plus ancienne agglomération agricole, « la mère des moshavot », Pétah Tikva, est sauvée.

Depuis les Juifs ont fait refleurir le désert, désert que personne ne revendiquait, mais qui attise les convoitises et les jalousies.

Ainsi le terrorisme envers Israël a pris ces derniers mois un nouveau visage: la destruction des arbres !

La religion juive est très explicite dans la protection de l’environnement et de la même façon que de nombreuses lois visent à respecter l’âme animale, de nombreuses autres lois visent également à respecter le règne végétal.

Même en cas de guerre, les combattants juifs se doivent de respecter la nature :

  • Quand[5] tu marcheras sur une ville pour l’attaquer, tu l’inviteras d’abord à la paix.(…)
  • Si tu es arrêté longtemps au siège d’une ville que tu attaques pour t’en rendre maître, tu ne dois cependant pas en détruire les arbres en portant sur eux la cognée : ce sont eux qui te nourrissent, tu ne dois pas les abattre. Oui, l’arbre du champ c’est l’homme même, tu l’épargneras dans les travaux du siège.

La guerre n’est pas une fin en soi et ne doit pas hypothéquer la paix qui doit s’en suivre.

Le Coran se revendique être le digne successeur de la Bible juive et des Évangiles. Visiblement ce précepte de respect des arbres fruitiers même en cas de siège n’est pas respecté par Mahomet lorsque, rompant le traité qu’il avait conclu auparavant, il fait le siège de la tribu juive des Béni-Nadhir proche de Médine :

  • Le Prophète[6], après avoir établi Ibn-Oumm-Maktoum son lieutenant à Médine, sortit de la ville avec son armée et vint investir la forteresse des Béni-Nadhir, qui s’y étaient enfermés. Il ordonna de

    Mohammed recevant la soumission des Banu Nadir

    couper les dattiers, et lorsque, après avoir toute une journée abattu les arbres, on se disposa, sur l’ordre du Prophète, à continuer pendant plusieurs jours, les Juifs crièrent du haut de la forteresse : « Ô Mohammed, s’il nous est permis de donner un avis, nous te dirons que ces arbres nous appartiennent, et, s’ils doivent t’appartenir, ils te seront utiles ; pourquoi donc les couper ? » Le Prophète répondit : C’est Dieu qui l’ordonne. Ils lui répliquèrent : Dieu n’ordonne pas les crimes, et couper des arbres est un crime. Dieu révéla le verset suivant : « C’est avec[7] la permission de Dieu que vous avez coupé un certain nombre de palmiers et que vous en avez laissé debout un certain nombre d’autres, » etc. Ensuite le Prophète défendit de couper les autres palmiers.

De la mésaventure des Béni-Nadhir, et du texte du Coran associé, on en déduit que le Prophète de l’Islam a dû avoir une permission de Dieu spécifique pour abattre les arbres de cette tribu et que donc cela est proscrit par le Coran pour l’ensemble des musulmans.

Malgré cela, de nombreux arbres ont brûlé en Israël au nom de l’Islam. Nouveau type de guerre.

Arbre de la Connaissance (nom de l’image). Les étudiants d’une école autour d’un olivier dans un verger à Kiryat Malakhi.

Continuons à célébrer les arbres d’Erets Israël, car quel que soit l’ennemi, les moustiques ou les incendiaires, la terre d’Israël s’est de nouveau mariée à son peuple et rien n’empêchera d’en faire un immense verger.

 

 

 

Paul David

Pour accéder aux articles associés à ce sujet:

Label concept represented by black button icon. Isolated and shiny illustration.Article associé aux récents incendies criminels en Israël:
Le jugement de Salomon


Label concept represented by black button icon. Isolated and shiny illustration.Article associé à l’immigration Circassienne dans l’empire OTTOMAN
Solution à deux États …

Pour plus d’info sur les périodes évoquées dans cet article:

Sur les Béni-Nadhir:
Psaume 78 (période 610-630):
L’Hégire.

Sur première alya agricole:
Psaume 140 (période 1870-1890):
Le IIe Reich.

 

 

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Tou_Bichvat

[2] http://www.otisrael.com/Tourism_Fra/Articles/Discover%20Israel/Cities/Pages/Kafr%20Kana.aspx

[3] Renée Neher-Bernheim : « La vie juive en Terre sainte, 1517-1918». (p. 224-225)

[4] Renée Neher-Bernheim : « La vie juive en Terre sainte, 1517-1918». (p. 234-235 et 239)

[5] Deutéronome, Chapitre 20, versets 10 et 19. Le verset 20 autorise l’utilisation, si nécessaire des arbres non fruitiers.

[6] TABARI : « La Chronique/Mohammed, sceau des prophètes » / Chapitre : « Expédition contre les Béni-Nadhir» (Volume II, p. 218)

[7] CORAN, Sourate 59 (AL-ḤAŠR (L’EXODE), verset 5

 

 

 

Actualités

En finir avec la Chandeleur ….

Marie (Auréole) apporte les deux pigeons au Temple à l’issue des quarante jours

Comme pour Noël, il semble que la chandeleur ait été instituée pour remplacer une ancienne fête païenne pendant laquelle avaient lieu des processions avec des torches (Chandelles d’où le nom Chandeleur).

SI le christianisme a donné une raison profondément religieuse à la fête de Noël (naissance de Jésus), il en est de même pour la Chandeleur qui a lieu le 2 février soit exactement 40 jours après Noël, donc 40 jours après la commémoration de la naissance de Jésus.

Dans un de mes précédents articles, j’avais d’ailleurs indiqué que le 1er janvier était ainsi auparavant la commémoration de la circoncision de Jésus.

Signification souvent oubliée, car il n’est pas bon dans le monde actuel de rappeler que Jésus est né Juif, à vécu Juif et est mort Juif.

À ce titre il faut se référer à Flavius Josèphe pour se rendre compte que la crucifixion, supplice romain, a été infligée à des milliers de Juifs rejetant le pouvoir romain. Parmi ceux-ci l’histoire n’a retenu que Jésus.

Pour en revenir à Jésus, il a été circoncis le huitième jour en respect de la tradition juive, et au quarantième jour sa mère Marie s’est présentée au Temple pour y être purifiée comme le veut la loi juive.

Cette purification directement au Temple de Jérusalem est évoquée dans les Évangiles :

  • Puis[1] quand vint le jour où, suivant la loi de Moïse, ils devaient être purifiés (Jésus et surtout sa mère Marie), ils l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur – ainsi qu’il est écrit dans la loi du Seigneur : Tout garçon premier-né sera consacré au Seigneur – et pour offrir en sacrifice, suivant ce qui est dit dans la loi du Seigneur, un couple de tourterelles ou deux petits pigeons.

Le jour qui est indiqué est le quarantième conformément aux prescriptions du Lévitique :

  • L’Éternel[2] parla à Moïse en ces termes : « Parle ainsi aux enfants d’Israël : lorsqu’une femme, ayant conçu, enfantera un mâle, elle sera impure durant sept jours, comme lorsqu’elle est isolée à cause de sa souffrance. Au huitième jour, on circoncira l’excroissance de l’enfant. Puis trente-trois jours durant, la femme restera dans le sang de la purification ; elle ne touchera à rien de consacré, elle n’entrera point dans le saint lieu, que les jours de sa purification ne soient accomplis. […] Quand sera accompli le temps de sa purification, pour un garçon ou pour une fille, elle apportera un agneau d’un an comme expiatoire, à l’entrée de la tente d’assignation, et les remettra au Pontife. […] Si ses moyens ne lui permettent pas d’offrir un agneau, elle prendra deux tourterelles ou deux jeunes colombes, l’une pour l’holocauste, l’autre pour expiatoire ; et le pontife fera expiation pour elle, et elle sera purifiée. »

C’est cette purification de Marie au Temple de Jérusalem que célèbre la fête de la Chandeleur.

Dans les premiers temps du Christianisme, la fête de « purification » (équivalent de la chandeleur) était fêtée à Jérusalem :

  • En outre[3], la fête de la présentation au temple est célébrée dès le IVe siècle à Jérusalem. On trouve ainsi des homélies sur la fête de Methodius de Patara (†312), du pseudo-Cyrille de Jérusalem, du pseudo-Grégoire de Nysse (†400) ou de Saint-Jean Chrysostome (†407). En outre, on dispose du récit de pèlerinage d’Égérie (381-384) où elle affirme que des festivités ont lieu à Jérusalem quarante jours après l’Épiphanie – la naissance du Christ étant alors célébrée à cette date en orient (comme cela est toujours le cas pour les Arméniens)- en l’honneur de la Présentation au Temple.

Mais en fait, j’ai dû m’égarer….

En effet l’Unesco et l’ONU l’ont confirmé : Jérusalem n’a existé que depuis l’Hégire, il n’y a jamais eu de Temple…

Cette histoire d’une Juive vivant à Bethléem venant se purifier au Temple de Jérusalem en donnant une offrande deux pigeons est encore de la propagande sioniste…

Pour ceux qui ont envie de crêpes tout de même, je leur conseille les Qatayef (قطايف), un dessert arabe réservé aux fêtes musulmanes du Ramadan, une sorte de crêpe douce remplie de fromage ou de noix.

Plus conforme à l’histoire réécrite par les instances internationales.

 

Paul David

 

[1] Évangile selon Luc, Chapitre 2, versets 22 à 24

[2] LÉVITIQUE, Chapitre 12, versets 1 à 12.

[3] https://fr.wikipedia.org/wiki/Chandeleur#cite_note-11