De 850 av. JC à 830 av. JC, psaume 5 : Elisée.

acces-psaume-fotolia_102515739_subscription_monthly_mhelp-bouton-fotolia_61356253_subscription_monthly_mButton aus zwei Puzzlestücken zeigt E-Mail KontaktButtonsButtons 

Giorgio_Vasari_001Le psaume quatre a vu la fin du crépuscule, le psaume cinq initialise la nuit noire à l’instar du début du deuxième livre des rois qui illustre la cinquième génération. Car si lors des quatre premières générations, les malédictions commencent à atteindre le peuple d’Israël cela n’est rien à coté de ce qui l’attend dans les générations suivantes.

Cette cinquième génération est marquée par la mort ou plutôt le départ d’Élie de ce monde. Car en effet Élie ne meurt pas mais monte au ciel dans un tourbillon[1] ce qui provoque l’étonnement des cinquante jeunes prophètes qui l’accompagnent lui et Élisée son successeur :

  • elie-chariot-feu-00016687Ils[2] (Élie et Élisée) poursuivaient leur chemin en conversant, quand tout à coup un char de feu, attelé de chevaux de feu, les sépara l’un de l’autre, et Élie monta au ciel dans un tourbillon. A cette vue, Élisée s’écria : « Mon père, Mon père ! Char et cavalerie d’Israël ! » Et il ne le vit plus.

Elie est le symbole de la résurrection du peuple juif, c’est lui qui assiste symboliquement le repas de la pâque juive ou qui est évoquée lors du rite de la circoncision.  C’est a propos d’Elie, qui doit précéder la venue du Messie que Malachie énonce les prédictions suivantes :

  • Voici[3], je vais envoyer mon mandataire (Élie), pour qu’il déblaie la route devant moi. Soudain, il entrera dans mon sanctuaire, le Maître (le Messie, descendant du roi David, auteur des psaumes) dont vous souhaitez la venue, le messager de l’alliance que vous appelez de vos vœux : le voici qui vient, dit l’Éternel Cébaot.

Ainsi que :

  • Car[4] le voici venir ce jour, brûlant comme une fournaise ; impies et ouvriers d’iniquité seront tous comme du chaume, et ce jour qui vient va les consumer, dit l’Éternel Cébaot, il n’épargnera d’eux ni racines ni rameau. Mais pour vous qui révérez mon nom, se lèvera le soleil d’équité, portant le salut dans ses rayons ; et vous paraîtrez, et vous vous ébattrez comme de jeunes taureaux sortant de l’étable. Et vous foulerez les méchants qui se réduiront en poussière sous la plante de vos pieds – au jour que je prépare, dit l’Éternel Cébaot. Souvenez-vous de la loi de Moïse, mon serviteur, à qui j’ai signifié, sur le Horeb, des statuts et des ordonnances pour tout Israël. Or Je vous enverrai Elie, le prophète, avant qu’arrive le jour de l’Éternel, jour grand et redoutable ! Lui ramènera le cœur des pères à leurs enfants, et le cœur des enfants à leurs pères, de peur que je n’intervienne et ne frappe ce pays d’anathème.

Cette prophétie clos la prophétie de Malachie. Malachie est dans la tradition de la bible hébraïque le dernier prophète à s’exprimer. La prédiction concerne la venue du Messie précédée par le retour d’Élie qui marquera la fin des temps, la fin de la nuit, le matin.

Le départ d’Élie de la terre dans un tourbillon et son retour annoncé par Malachie à la fin de la nuit, au matin sont bien illustrés par le début du psaume cinq :

( extrait du psaume 5 associé à la présente générations, versets 1 à 5 )

  • Au chef des Chantres. Pour les flûtes, Psaume de David :
  • Prête l’oreille à mes paroles, ô Éternel, sois attentif à mes soupirs
    • Le psaume quatre était le dernier d’une première série sous l’influence de David, la cinquième génération entre dans le plus profond de la nuit.
  • Écoute mes cris suppliants, mon roi et mon Dieu, car c’est toi que j’invoque.
  • Seigneur, au matin …
    • Au retour d’Elie qui s’envole dans le tourbillon au cours de cette cinquième génération et dont le retour signifiera la fin de la nuit et donc le matin ou l’aurore.
  • … entend ma voix, au matin je me présente à toi et suis dans l’attente.
  • Certes tu n’es point un Dieu qui prenne plaisir au mal, le méchant ne trouve point accès auprès de toi.
    • Comme l’indique la prophétie de Malachie, les méchants ne tireront pas profit de leurs actes.

elisee-ours-00016688C’est Élisée qui prend la suite d’Élie, après avoir assaini Jéricho, à son retour vers la Samarie, il subit des insultes :

  • Il[5] (Élisée) se rendit de là (Jéricho) à Béthel. Il suivait la montée, quand de jeunes garçons sortant de la ville, l’insultèrent en ces termes : « Monte, chauve, monte, chauve ! » Il se retourna pour les voir, et les maudit au nom de l’Éternel. Aussitôt, deux ours sortirent de la forêt et mirent en pièces quarante-deux de ces enfants.

Jéricho est la première ville que Josué conquière lorsqu’il entre en terre promise, et Béthel est la ville où Jacob obtint la promesse de cette terre promise :

  • « Et [6] le pays que J’ai (c’est Dieu qui s’exprime) donné à Abraham et Isaac, à toi (Jacob) Je le donnerai, et à ta descendance après toi Je donnerai ce pays. » Dieu s’éleva au dessus de lui à l’endroit où il lui avait parlé. Jacob érigea un monument à l’endroit où Il lui avait parlé, un monument de pierre, versa dessus une libation et il versa dessus de l’huile. Jacob appela le nom de l’endroit où Dieu lui avait parlé là-bas : « Beth El ».

L’ascension d’Elisée de Jéricho vers Beth El symbolise le long parcours du peuple d’Israël pour posséder de façon définitive la terre promise.

Parcours qui se fait sous les railleries des peuples symbolisées par les enfants qui insultent Élisée en lui disant « Monte,  Chauve » : Pourquoi tant d’effort pour atteindre ton Dieu car celui-ci t’abandonne. Chauve, à l’image de Samson qui lorsqu’on lui coupa les cheveux avait perdu tous ses pouvoirs divins.

Mais le peuple d’Israël continue son ascension jusqu’à atteindre son but à l’aurore. Là Dieu punira les peuples qui auront raillé injustement le peuple d’Israël à l’image des quarante deux enfants tués par les deux ours.

Ce qui illustre le passage suivant du psaume :

( extrait du psaume 5 associé à la présente générations, versets 6 à 8 )

  • Les fanfarons ne peuvent se maintenir sous ton regard, tu détestes tous les artisans d’iniquité.
  • Tu perds ceux qui profèrent le mensonge. L’homme de sang et de fourberie, l’Éternel l’a en horreur.
  • Mais moi, grâce à ton immense bonté, j’entre dans ta maison, je me prosterne dans ton saint Temple, pénétré de ta crainte.

S’ensuit[7] la bataille qui oppose le roi de Moab au roi d’Israël. Sous la conduite d’Élisée, le roi d’Israël allié à Josaphat, roi de Juda et le roi d’Edom imposeront ensemble une défaite à Moab. Moab fut à l’origine de l’intervention de Balaam qui tenta d’apporter la malédiction sur le peuple d’Israël. Ce combat préfigure du combat final du peuple d’Israël enfin réuni contre l’autre coté.

Ceci peut-être illustré par la suite du psaume :

( extrait du psaume 5 associé à la présente générations, versets 9 à 13 )

  • Éternel, dirige-moi dans ta justice à cause de mes adversaires, rends ton chemin uni devant moi.
  • Car dans leur bouche il n’y a point de droiture ; leur cœur ne rêve que ruines. Leur gosier est un sépulcre béant, ils rendent doucereuse leur langue.
  • Condamne-les ô Dieu ! Qu’ils tombent du haut de leurs projets ! Repousse-les pour leurs nombreux péchés, car ils se sont insurgés contre toi.
  • Alors se réjouiront tous ceux qui s’abritent en toi, ils jubileront à jamais, car ils ont ta protection ; et ils triompheront en toi, ceux qui aiment ton nom.
  • Car toi, ô Seigneur, Tu bénis le juste, tu l’entoures de ta bienveillance comme d’un bouclier.

 

Paul David

 

[1] Voir II ROIS Chapitre 2, verset 11.

[2] II ROIS Chapitre 2, versets 11 et 12

[3] MALACHIE Chapitre 3, verset 1

[4] MALACHIE Chapitre 3, versets 19 à 24

[5] II ROIS Chapitre 2, verset s 23 et 24.

[6] GENESE Chapitre 35, versets 12 à 15

[7] Voir II ROIS Chapitre 3