Yom Haatsmaout est la fête nationale israélienne et commémore la déclaration d’indépendance de l’État Hébreu qui a eu lieu le 14 mai 1948, soit le 5 iyar 5708 pour la date hébraïque.

En raison du miracle que représente la résurrection du peuple Juif sur sa terre après deux millénaires d’exil, Yom Haatsmaout est également devenue une fête religieuse avec une liturgie propre.

Le roi David dans ses psaumes a déjà célébré ce retour des Juifs sur leur terre.

Sur mon site, j’associe chaque psaume à une génération (20 ans) et cela pour 3 millénaires de vie juive depuis la mort de Salomon (930 avant JC) jusqu’à nos jours (génération des années 2010 à 2030).

Ainsi le psaume 143 est naturellement associé à la génération des années 1930 à 1950.

Si dans ce psaume le roi David évoque les années terribles de la Shoah :

C’est que[1] l’ennemi s’est jeté à ma poursuite, a broyé ma vie sur le sol, me plongeant dans les ténèbres, comme ceux qui, dès longtemps appartiennent à la mort… mon esprit se consume, ne me dérobe point ta face, sinon je ressemblerais à ceux qui descendent dans la tombe.

Il ne manque pas d’évoquer la création d’Israël :

Enseigne-moi[2] à accomplir Ta volonté, car c’est Toi qui es mon Dieu ; que ton esprit bienveillant me guide sur un sol uni !

Cette renaissance du peuple Juif sur sa terre a été accueillie par de nombreuses guerres. Les guerres d’Israël se sont concentrées sur la génération des années 1950-1970 (précédée par la guerre d’indépendance de 1948 et clôturée par la guerre de Kippour en 1973).

La guerre des Six Jours en 1967 a révélé au monde un peuple qui, en plus de posséder l’héritage biblique, est doté d’une armée puissante et victorieuse. Cette victoire qui a étonné le monde est évoquée par le roi David dans le psaume associé à cette génération, le psaume 144 :

Béni[3] soit l’Éternel, mon rocher, qui a exercé mes mains au combat, mes doigts à l’art de la guerre !

Mais la bienveillance divine est également au rendez-vous de la présente génération (années 2010-2030) où David dans le psaume associé, le psaume 147, promet le retour des derniers exilés du peuple Juif sur sa terre avec Jérusalem réunifiée et reconstruite :

L’Éternel[4] rebâtira Jérusalem, il y rassemblera les débris dispersés d’Israël.

Sur mon site comme l’ensemble des 147 générations correspondantes aux 147 premiers psaumes de David, les pages associées aux 3 générations évoquées dans cet article sont directement accessibles par les liens ci-dessous :

Génération des années 1930 à 1950: La bête immonde.

Génération des années 1950 à 1970: Tsahal.

Génération des années 2010 à 2030 : La glaciation.

 

Yom Haatsmaout Sameah !

Paul David

 

[1] Psaume 143, versets 3 et 7

[2] Psaume 143, versets 10

[3] Psaume 144, verset 1

[4] Psaume 147, verset 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Category

Actualités