En octobre 1933[1], la Société des Nations (SDN) nomme l’Américain James MacDonald à la tête d’un haut-commissariat aux réfugiés (Juifs et non-Juifs) venant d’Allemagne. Mais le commissariat n’est pourvu d’aucun pouvoir. En effet, pour ne pas déplaire à Hitler, encore membre de la Société des Nations, il n’est pas rattaché à la Société des Nations et doit agir en tant qu’organisme autonome. MacDonald visite, dès septembre 1933, le camp de concentration de Dachau, ouvert au mois de mars précédent. Il est spectateur de l’horrible réalité et a l’intuition de toutes les tragédies à venir. Il pourrait être efficace si on lui en donnait les moyens. Mais ni la Société des Nations ni les démocraties ne font les efforts suffisants pour faire face à cette situation sans précédent.

Aujourd’hui l’ONU a remplacé la SDN.

Alors que les démocraties se soumettaient, au temps de la SDN, aux dictatures européennes, l’ONU aujourd’hui est soumise aux dictatures du Moyen-Orient. De même que les Juifs étaient sacrifiés sur l’autel de la SDN, l’ONU n’hésite pas à vouloir sacrifier Israël.

Ainsi les descendants des nations qui ont œuvré pour la Shoah ou qui ont été complices directement ou indirectement répètent les fautes de leur pères : vouloir éliminer le peuple juif, de l’empêcher de retourner sur sa terre qui lui a été promise éternellement par Dieu.

Cela alors que les 80 ans de commémoration de la Shoah sont proches. En effet, suivant la date que l’on choisit, 80 ans nous donnent de 2018 (nuit de cristal) à 2022 (wansee).

Or 80 ans, c’est le délai que se donne Dieu pour punir les crimes contre son peuple, lorsque ses crimes sont répétés par les générations suivantes. En effet la colère divine attend jusqu’à quatre générations pour exprimer sa colère :

  • Je suis[2] un Dieu jaloux, qui poursuis le crime des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et à la quatrième générations, pour ceux qui m’offensent.

Ainsi si Dieu s’en prend aux troisième et quatrième générations, cela ne signifie pas que les enfants même innocents sont punis pour la faute de leur père (cela serait contraire au principe de ne pas se venger sur l’enfant de la faute du père) mais simplement que les enfants ne doivent pas reproduire la faute du père car dans ce cas la punition serait bien plus sévère que celle éventuellement affligée au père.

Dieu ne peut en effet attendre de réparation de celui qui a fait la faute. Si celui-ci en est capable, il aurait pu éviter la faute. Il ne peut non plus attendre réparation du fils, qui en vertu du quatrième commandement : « Honore ton père et ta mère » aura du mal à dénoncer et réparer la faute du père. Seules donc les générations suivantes à partir de la troisième sont en mesure de rectifier l’attitude fautive de la première génération. Toutefois, Dieu limite cette réparation à la quatrième génération, ce qui nous donne une durée de 80 ans (4 générations de vingt ans) avant que la colère de Dieu s’exprime.

Sur mon site, je montre de nombreux exemple de cette colère divine appliquée 80 ans après les fautes et après la répétition des fautes pendant ces 80 ans de « probation ». Citons en quelques-uns :

Ainsi le déluge intervient 80 ans environs après que la faute des hommes était constatée par Dieu et qu’elle était reproduite pendant ces 80 années.

80 ans après le brûlement du Talmud à Paris, la dynastie capétienne s’éteint sans héritiers.

La défaite providentielle de l’Invincible Armada a lieu 80 ans après le massacre de Lisbonne.

Le tremblement de terre de Lisbonne a lieu 80 ans après que le Portugal aie confirmé l’Inquisition pour les marranes.

La catastrophe de Tchernobyl a lieu 80 ans après une série de pogroms épouvantables en Ukraine.

Le cas le plus marquant de cette colère divine c’est celui que nous fêtons à Pessah.

Ainsi 80 ans avant cela Pharaon ordonne la mort des nouveau-nés juifs :

  • Pharaon[3] donna l’ordre suivant à tous son peuple : « Tout mâle nouveau-né, jetez-le dans le fleuve, et toute fille, laissez-la vivre. »

Parmi ceux-ci, Moïse qui en réchappe. 80 ans après cela, lorsque Moïse a 80 ans, Dieu lui confie cette mission :

  • L’Éternel[4] dit à Moïse : «  Quand tu iras pour retourner en Égypte, sache que tous les miracles  que j’ai mis dans ta main, tu les accompliras devant Pharaon ; mais Moi j’endurcirai son cœur, et il ne renverra point le peuple. Tu diras à Pharaon : ainsi parle l’Éternel : Israël est mon fils, mon ainé, et, je t’avais dit : Laisse partir mon fils ; pour qu’il me serve ; et tu as refusé de le laisser partir. Voici je vais faire mourir ton fils, ton ainé. »

En fait, Dieu sait d’avance que les Égyptiens vont être punis, car les 80 ans se sont écoulés sans repentance et avec la répétition de la faute des pères. C’est pourquoi, Dieu dit : « Moi j’endurcirai son cœur, et il ne renverra point le peuple ».

Il est trop tard pour la repentance, l’Égypte doit être punie et elle doit comprendre que le peuple Juif est le peuple de Dieu et qu’il se doit de retourner sur sa terre et d’en prendre possession.

Visiblement le délai de 80 ans qui court depuis l’initialisation de la Shoah est en train de s’achever et force est de constater que les nations qui y ont pris part ou qui y ont été complices ont « le cœur endurci » et, comme Pharaon, font tout ce qu’elles peuvent pour empêcher le peuple Juif de prendre possession de leur terre.

Apparemment, la sentence divine est prononcée …

C’est ce qu’il apparait dans le psaume 147 attaché à la présente génération (2010-2030) qui promets une catastrophe climatique.

L’Europe à minima devrait la subir.

Est-ce le cas pour les Etats-Unis dont on sait aujourd’hui qu’ils ont été complices – au moins passivement – dans l’exécution de la Shoah ?

Obama qui aurait pu se contenter de marquer l’histoire en étant le premier président américain de couleur, marquera cette histoire en étant le premier président américain à se soumettre au Jihad. Jihad qui ne tolère aucune verrue non islamique dans ce que le monde musulman considère comme son territoire, cela indépendamment de la véritable histoire de ces territoires.

L’abstention des Etats-Unis à l’ONU est une prolongation de la complicité passive des Etats-Unis pendant la Shoah et condamne ce pays à la colère divine. Est-ce que le futur président des Etats-Unis, Donald Trump, annulera cet augure ? L’avenir nous le dira …

Pour les Juifs, cette obstination des nations à se liguer contre Israël doit être perçue comme un signe que Dieu est décidé à punir les nations .

C’est aussi le signe que la promesse divine faite au peuple d’Israël de se retrouver en paix sur sa terre avec Jérusalem réunifiée et reconstruite est en train de se réaliser, comme je l’avais conclu sur mon dernier article sur Hanuccah.

Que chacun donc fête Hanuccah dans la joie !

Paul David

Pour plus d’info sur différents points ici évoqués:, consulter les pages et articles de ce site, en particuliers:

Sur le brûlement du Talmud:
Psaume 109 (période 1230-1250):
Le brûlement du Talmud

Sur la fin des Capétiens
Psaume 113 (période 1310-1330):
Les Pastoureaux.

Sur la destruction de l’invincible armada:
Psaume 125 (période 1570-1590):
L’invincible Armada.

Sur le tremblement de terre de Lisbonne
Psaume 135 (période 1770-1790):
Mendelssohn

Sur la catastrophe climatique annoncée
Psaume 147 (période 2010-2030):
La glaciation

[1] Renée Neher-Bernheim : « Histoire juive de la Révolution à l’État d’Israël ».  Chapitre : « Le nazisme et l’antisémitisme avant 1939 ». (p. 1029)

[2] EXODE, Chapitre 20, verset 5

[3] EXODE, Chapitre 1, verset 22.

[4] EXODE, Chapitre 4, versets 21 à 23.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Category

Actualités