bfm-11-novembre-2016-2help-bouton-fotolia_61356253_subscription_monthly_mUne étude montre qu’entre 1987 et 2015, les élèves de CM2 en France, sur une dictée-type d’une dizaine de lignes sont passés de 10,6 fautes à 17,8 fautes en moyenne. Soit plus de 50% de fautes en plus.

BFM a illustré le sujet ce matin (11 novembre 2016 vers 10h18, vraisemblablement d’autres passages), et nous voyons une feuille d’écolier où le mot « autorité » est écrit « hotorité ».

Mais le plus grave n’est pas là …

La page de l’écolier qui est exposée montre comment est enseignée l’histoire aujourd’hui dans les écoles françaises en particulier en ce qui concerne les relations entre les religions.

Le texte commence ainsi:
– Au XIè siècle la ville de Jérusalem était sous autorité musulmane.

Visiblement l’histoire de Jérusalem commence au XIe siècle ou à minima avec l’épopée musulmane … On comprend le vote français à l’UNESCO.

Il se poursuit par (en parenthèses: supposé) :
– Les pèlerins chrétiens rencontraient (alors) des difficultés à se rendre sur les lieux (saints).

Rien n’indique quelles étaient les difficultés …

Puis le texte continue en indiquant que c’est alors le pape qui décide de lancer la croisade contre les musulmans.

Cela est un raccourci rapide …

Visiblement l’explication des croisades est conforme au discours musulman qui veut faire croire que tous les conflits avec les chrétiens sont dus uniquement à l’attitude belliqueuse de ces derniers, la vérité historique est quand même plus complexe …

Alors rappelons, quelle a été l’histoire de Jérusalem depuis l’Hégire .. (nous rappelons que nous pensons quand même que Jérusalem a existé auparavant …)

Mahomet a essayé de son vivant de conquérir Jérusalem, c’était vraisemblablement le but réel de la bataille de Mouta, à l’est du Jourdain  qui eut lieu en 629.

Celle-ci[1] opposa les troupes de Mahomet aux troupes byzantines au seuil de la Syrie, c’était la clé pour conquérir Jérusalem. Les musulmans subirent une grave défaite. Tabari explique celle-ci par les rapports de force (100 000 byzantins contre 3 000 musulmans), il indique également, que Mahomet a assisté « en direct » à la défaite musulmane grâce à l’ange Gabriel.

Cette défaite est très rarement mentionnée par les historiens musulmans car elle est la preuve que Jérusalem n’est pas destinée aux musulmans, ce que le Prophète a d’ailleurs conclu car c’est à l’issue de cette bataille que Mahomet décida de s’emparer de La Mecque :

  • Après le retour de cette armée (celle envoyée à Moura), les mois de djoumâda second, de redjeb et de scha’ban se passèrent (sans événements remarquables). Au mois de ramadhân, le Prophète partit pour s’emparer de la Mecque.

Mahomet qui initialement orientait ses prières vers Jérusalem l’orientât alors vers La Mecque comme tous les musulmans depuis. La Mecque est ainsi conquise en 630.

Après la mort du Prophète en 632, la conquête arabe inclut cette fois Jérusalem qui est prise en 638. Conquête vraisemblablement facilitée par ses habitants chrétiens lassés d’être gouvernés par Byzance et qui avait subi auparavant une éphémère conquête Perse en 614. C’est une des raisons qui explique en particulier qu’aux premiers temps de la conquête de Jérusalem par les arabes, les chrétiens peuvent librement pratiquer leur culte à Jérusalem.

Toutefois en 796, premier accroc : les musulmans mettent à sac le couvent de Saint-Saba et tuent 18 moines.

Charlemagne réagit et envoie une ambassade, assistée du Juif Isaac,  au calife Haroun al-Rashid pour que cesse les pillages.

L’histoire aurait pu continuer ainsi.

Lorsque l’empire Fatimide s’empare de Jérusalem à la fin du Xe siècle, la tolérance religieuse est de mise.

Cette bonne entente est alors mise à mal par le calife al-Hakim (996-1021). Sous son règne, de nombreuses synagogues et églises sont détruites en Palestine.

Beaucoup considèrent que ces exactions sont la source des croisades, avant Hakim, les chrétiens n’avaient pas besoin de détenir Jérusalem pour effectuer leurs pèlerinages.

Mais le calife al-Hakam inaugure une politique antichrétienne et fait détruire la Saint-Sépulcre de Jérusalem. Les historiens considèrent que cela est la principale raison de la première croisade chrétienne en 1096 qui a anéanti des nombreuses communautés juives florissantes en Europe.

La première croisade n’est donc pas une lubie des chrétiens d’Europe mais la conséquence du non respect par le monde islamique de l’accord qui avait été conclu avec Charlemagne qui ne réclamait aucunement une souveraineté sur Jérusalem mais juste la liberté de culte et de pèlerinage des chrétiens.

En conclusion :

  • Jérusalem n’a pas émergé du néant au XIe siècle ou juste après l’Hégire mais cumule une histoire juive de plus de 3000 ans,
  • Les musulmans avant d’être la cible de la première croisade en ont été les instigateurs par leur absence de tolérance religieuse,
  • Les juifs qui ont été victimes de cette intolérance ont également été victimes de ces conséquences par la disparation de prestigieuses communautés en Europe. En particulier les communautés florissantes de Spire, Mayence et Worms. C’est à Worms que Rachi a étudié avant de s’installer à Troyes.

 

[1] Voir Tabari : « La Chronique, Histoire des prophètes et des rois, volume 2). Chapitre « Bataille de Mouta ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Category

Actualités